365 jours

 

Il y a 365 jours, nous décollions de France pour réaliser un rêve, partir un an en voyage en famille et visiter 9 pays d’Amérique du Sud.
Il y a 365 jours, nous n’avions aucune idée de comment ce projet allait nous transformer.

Ce beau voyage n’a finalement duré « que » 271 jours…
271 jours où nous avons traversé 6 pays et surtout rencontré tant de personnes formidables.
271 jours où nous avons compris que nous pouvions vivre plus simplement mais en étant avec nos enfants.
Mais 271 jours sans notre entourage et sans confort c’est parfois long.

95 jours… depuis notre retour en France. 95 jours mais nous n’avons toujours pas atterris. 95 jours où nous pensons TOUS LES JOURS à « là bas », car c’est « là bas » que nous devions être
Mais 95 jours où nous mangeons de bons petits plats français. 95 jours que nous profitons de notre famille

67 jours… que Marc a commencé un nouveau travail.. 67 jours qu’il part alors qu’il fait encore nuit.. 67 jours qu’il rentre fatigué… 67 jours qu’il voit moins les enfants. 67 jours que notre cocon a fissuré.

20 jours… que les enfants ont repris l’école. 20 jours qu’ils sont ravis d’avoir retrouvé leurs copains

19 jours … que nous avons récupéré notre maison. 19 jours dont de nombreux jours à passer la tondeuse, debroussailleuse, défaire les cartons, ranger, nettoyer…. et essayer de se sentir chez nous.
19 jours où les enfants re découvrent leurs jouets, leurs chambres…
19 jours que Fastoch n’a pas bougé de notre jardin.

18 jours…. que je travaille et déjà ce soir je termine cet emploi pour en commencer un autre la semaine prochaine..

1 jour… où le terme « 365 jours » résonne dans notre tête..

Combien de jours avant le nouveau projet ??
Vivement la nouvelle page de notre vie

Nord du Chili et les environs du désert d’Atacama

Dimanche 21 Janvier 2018

Aujourd’hui cela fait 7 mois que nous sommes partis.

Nous voilà au Chili pour une énième fois… nous sommes entrés hier par l’Argentine via le Paso Agua Negra, après un passage à 4750 m d’altitude.

1

Ce matin nous décollons de notre bivouac vers 10h30 et nous traversons la Vallée d’Elqui avec ses vignes situées à 1 200 m d’altitude. Original pour nous qui sommes du Beaujolais.

2

Nous avons 150 km à faire pour rejoindre l’océan. La route est plutôt en bon état, comme souvent au Chili, et nous achetons quelques fruits et légumes en bord de route (pastèque, avocat, tomates…).

13h, nous voilà à la Serena, en bord d’océan Pacifique… ici c’est les vacances d’été et l’on se croirait sur notre cote d’Azur. Ce n’est pas ce que l’on préfère mais les enfants sont ravis de sortir leurs seaux, pelles et tout leur équipement. Il ne fait pas trop chaud et nous profitons d’un après-midi estival. Nous passons l’après-midi sur la plage et nous décollons vers 18h car nous ne souhaitons pas dormir au milieu de cette foule !

Rinçage avec notre douchette extérieure, qui est bien pratique, et nous prenons la direction du Nord. Nous bivouaquons au-dessus de Los Hornos avec un magnifique coucher de soleil.

22 Janvier

Comme souvent, nous ouvrons les yeux vers 9h.. il faut dire qu’on dort plutôt bien dans Fastoch, même si parfois nous sommes dans des lieux plutôt bruyants !

Petit déjeuner rapide et nous prenons la ruta 5 en direction du Nord.

Pause à Vallenar pour faire des courses, mais le supermarché est en plein centre et impossible de garer Fastoch au milieu de la foule. Nous ne prenons du coup que le pain et nous repartons sur la route.

13h, pause repas au bord de la route avec beaucoup de circulation, nous ne trainons pas ! Passage à Copiapo où nous faisons cette fois-ci les courses.

Nous partons ensuite pour la cote et arrivons à Bahia Inglesa vers 18h. Les enfants sont ravis de retourner à la plage et s’amusent dans le sable.

Nous resterons dormir ici, bercés par les vagues.

23 janvier

Qu’il est agréable de se réveiller en  bord de plage… Tom et Chloé y passeront la journée. Marco bossera un peu les vidéos et fera un gros château de sable, officiellement pour les enfants, mais j’émets toujours un doute pour savoir qui s’amuse le plus !

Nous quittons notre bivouac en fin d’après-midi et ferons 70 km au nord afin de nous arrêter à Flamenco, une fois de plus au bord de l’océan.

24 Janvier

Ce matin les enfants et Marc partent sur la plage pendant que je mets à jour le blog et que je prépare le repas.

Tom et Chloé sont ravis, leur papa est trop fort en construction de château de sable !! il a creusé un gros trou avec des routes pour les voitures et camions qui vont chercher le sable dans la mine. Tom est à fond.

25

Repas de midi, puis cette fois-ci c’est maman qui va jouer dans le sable, pendant que papa bosse sur une vidéo… mais maman est quand même moins douée !! D’ailleurs maman n’a pas remarqué que la mer est montée, qu’une grosse vague arrive, remplie le trou et hop les voitures, sous l’eau.

Et voilà que c’est le drame pour Tom ! Nous commençons à creuser mais papa vient à la rescousse.. Ouf il les retrouve toutes, Tom commence à se calmer… Du coup on remballe et on reprend la route vers 16h30 toujours vers le Nord. Nous prenons des routes désertiques, nous commençons à entrer dans le désert d’Atacama.

 

Ce soir nous finissons la journée à Taltal au bord de l’océan.

25 Janvier

Ce matin nous faisons un peu d’école mais, comme souvent, Tom n’est pas motivé et le moindre exercice prend des heures !

Et une fois l’école terminée, ils ne veulent pas sortir de Fastoch tous seuls !! Tom râle qu’il ne peut rien faire et Marc reprend sa vidéo.

Depuis quelques jours l’ambiance est un peu tendue, nous avons du mal à nous occuper… pourtant nous sommes à la plage, mais ce n’est pas ce que nous préférons. Et comme toujours, nos enfants ne savent pas s’occuper seuls et dès que nous les laissons ensemble, ils ne tiennent pas 5 minutes avant de se disputer ! Nous avons parfois le sentiment qu’ils sont un peu petits pour faire ce genre de voyage, mais après réflexion, nous savons qu’il n’y a pas d’âge idéal, chaque âge ayant sa contrainte.

Du coup les enfants s’occupent à l’intérieur, même si nous leur répétons que c’est le dernier jour de plage avant longtemps.

Nous partons du coup vers 16h et bivouaquons vers 19h30 dans le désert d’Atacama, au pied de Mano del Desierto (main du désert).

Cette sculpture de 11 mètres de haut est située à 75 km au sud d’Antofagasta, au bord de la Routa 5 et à 1 100 m d’altitude.

26 Janvier

Ce matin nous prenons la direction de la cote pour la ville d’Antofagasta, 5ème ville du pays en pleine expansion avec de nombreux programmes immobiliers en cours.

Nous voulons aller dans le seul camping référencé car nous avons besoin de faire le plein d’eau et quelques lessives, mais une fois arrivés au « camping » nous comprenons vite qu’il s’agit en réalité d’un terrain en terre plutôt glauque et le propriétaire nous explique qu’il n’a pas beaucoup d’eau.. Demi-tour !

Nous ne trouvons rien de plus intéressant dans le centre-ville, nous faisons quelques courses et prenons la direction de Calama à 200 km de là. Calama est une ville minière dans le désert d’Atacama et a pour particularité qu’il n’y a jamais vraiment plu, faisant de l’endroit l’un des plus secs au monde !

Nous souhaitons visiter ici la mine de Chuquicamata, la plus grande mine de cuivre à ciel ouvert située aux alentours des 3 000 mètres d’altitude. Nous nous rendons donc au bureau pour la réservation de la visite, mais nous apprenons qu’il n’y a pas de place disponible avant une quinzaine de jours et que Chloé est trop petite. Grosse déception pour Tom qui avait hâte de voir les plus grands camions du monde.

Calama n’ayant aucun intérêt pour nous, nous continuons la route pour San Pedro d’Atacama. La route dans le désert est magnifique, mais nous sommes en altitude, il fait chaud et Fastoch souffre un peu !

Nous arrivons à 17h dans un camping recommandé par Les Globe Trotteurs du Douds et par les 749 en Vadrouille, camping « Andes Nomade » au sud de San Pedro. Ce camping, ouvert depuis 2 mois, est tenu par un chilien parlant français et propriétaire d’un camping-car poids lourd. Le coût est de 5000 pesos (6,50 €) pour les adultes et gratuit pour les enfants. Il y a une piscine, une cuisine commune, une machine à laver et un peu d’ombre. Ce sera parfait pour se poser un peu car nous en avons grandement besoin !

Nous faisons la rencontre de Nico et Anne Laure (des niçois) voyageant avec leur petit Léon de 2 ans. Ils nous ont vus dans le reportage de TF1 avant leur départ, c’est rigolo !

Nous nous garons vers eux et attaquons l’apéro en tant que bons français !! Les hommes démontent ensuite le frigo de Nico qui ne fonctionne plus depuis quelques temps afin de le mettre à l’envers toute la nuit. Les enfants eux jouent dans la terre et sont ravis !

Repas tous ensemble dehors et au dodo.

27 Janvier

Étonnement la nuit a été fraîche car nous sommes tout de même à 2 400 m d’altitude, difficilement croyable car nous avons aussi très chaud la journée.

San Pedro de Atacama se situe dans un climat extrêmement sec avec seulement 35 mm de précipitation par an (en comparaison à Lyon nous sommes à 1348 mm par an).

Le village, dominé par 2 volcans, est la porte d’entrée du Sud Lipez (Bolivie) que nous n’avons jusqu’à présent pas réussi à faire. Il est vrai que ce dernier est une piste avec des passages à plus de 5 000 m d’altitude, cela est donc à faire dans certaines conditions.

Nous avons d’ailleurs échangé avec la famille « Par 4 chemins », que nous n’avons pas encore rencontrée, mais avec qui nous envisageons de traverser le Sud Lipez en « convoi » afin d’assurer le côté sécurité. Mais la météo annoncée étant mauvaise, ils nous informent qu’ils ne souhaitent pas se lancer dans cette aventure. Il est vrai que ce n’est pas la bonne saison et que ce matin nous apercevons la neige sur les volcans… Une fois de plus ce Sud Lipez nous passe sous le nez, décidément nous aurions dû le faire au moins d’Août en période sèche !

Aujourd’hui nous profitons de l’accès à la machine pour laver les draps !!! Cela se fait rare car nous avons toujours une tonne de linge qui attend et les draps passent toujours en dernier… Mais en ce moment nous vivons dans la poussière alors il est temps de faire le ménage !

La chaleur monte vite et nous mangeons sous l’ombre des arbres avec la famille de niçois. Mais les enfants ont chaud et malgré l’eau verte, nous allons nous rafraîchir dans la piscine. Surprenant, l’eau est salée !! et oui, celle-ci est puisée dans la nappe phréatique… il est vrai qu’une piscine en plein désert c’est assez contrastant !

Ce soir nous mangeons dehors de bonne heure car Tom et Chloé sont pénibles et nous les couchons tôt !!

Soirée à discuter entre adultes mais au lit pas trop tard car les voisins partent de bonne heure demain pour l’Argentine.

28 Janvier

8h, il fait déjà chaud et nous prenons le petit déjeuner dehors.

Je lance ensuite une lessive et Marco se met dans le nettoyage de la chaudière, chose qu’il fait régulièrement car la poussière prend un malin plaisir à s’y infiltrer ! Pendant ce temps, Tom et Chloé s’occupent.

41

Nous discutons ensuite avec Mauricio, le propriétaire du camping, qui nous invite à visiter son poids lourd aménagé en camping-car qu’il a créé lui-même.

15h, après une dernière douche fraiche, nous quittons les lieux et nous nous rendons dans le centre de San Pedro afin de faire le plein de gasoil et d’eau (nous ne l’avons pas fait au camping, l’eau étant salée). Malheureusement il n’y a qu’une seule station dans cette ville et elle est située en plein centre ! Après un slalom entre tous les touristes, nous voilà enfin à la station mais il ne veut pas que l’on prenne de l’eau, même en payant… pfff bienvenus dans le désert !

Nous passons également à une boulangerie française repérée sur Ioverlander… wahoo 2 baguettes de VRAI pain !!

Puis nous prenons la direction de la Valle de la Luna à quelques kilomètres de là, prix de l’entrée à 8500 pesos et gratuit pour Chloé.

Nous arrivons à l’entrée de ce lieu désertique avec une apparence lunaire. La vallée de la lune a été modelée pendant des millénaires par l’érosion de l’eau et du vent. Le sol est formé de canyons, de crêtes pointues, de ravins et des monticules de couleurs gris et ocre qui lui donnent une apparence qui ressemble à la Lune.

42

Voilà à peine 300 mètres que nous sommes entrés et j’entends comme un bruit d’eau pendant que nous roulons. Je coupe vite la pompe à eau, j’ouvre le placard sous l’évier et je vois de l’eau de partout. Marc s’arrête et j’entends la voix de la dame qui m’a vendu les tickets « No se puede estacionar en la ruta, solo en los estacionamientos »… OK OK on ne va pas rester longtemps sur la route !! Marc vient vite fait jeter un coup d’œil, le souci vient du filtre à eau (celui qui est branché sous le robinet et qui permet de filtrer l’eau des réservoirs afin qu’on puisse la boire) qui a explosé !! Et en plus de tout ça, nous venons de vider une partie du réservoir alors qu’il ne nous restait pas grand-chose !!! Pfff et une galère de plus, Marc est ravi, il répare ça vite fait… pour le moment on ne se sert plus de l’eau !!

Nous garons Fastoch afin de visiter une grotte, les enfants sont excités de devoir prendre leurs frontales, nous nous sommes tendus à cause de cette histoire d’eau. La visite de la grotte est plutôt sympa et surtout nous voilà enfin au frais. Malheureusement, nous ne marchons pas très vite car nous sommes loin d’être les seuls touristes et à ce moment, nous nous rappelons du conseil de nos amis les ‘749 en vadrouille’ : « faites bien les visites le matin autour de San Pedro car l’aprem y’a les bus de touristes » !! En effet on confirme !!

Nous reprenons ensuite Fastoch la piste dans le parc mais nous avons chaud !! Nous faisons quelques haltes mais il est déjà 20h et le parc ferme dans 30 minutes… nous avons fait le tour, alors retour à l’entrée avant de se faire mettre dehors. Nous avons apprécié cette visite, mais à faire le matin quand il fait moins chaud afin de visiter à pied et sans trop de monde.

Nous retournons dans San Pedro afin d’acheter un jerrican d’eau et nous partons bivouaquer dans le centre. Marco démonte le filtre à eau et bricole un système avec le filtre, une bouteille de coca et un tuyau afin que la filtration se fasse manuellement par dépression. Ça fait du goutte à goutte mais ça fonctionne !

Petite discussion avec des suisses dont le camping-car est garé non loin de nous et avec qui nous avions déjà échangé au camping. Ils envisageaient eux aussi de faire le Sud Lipez mais renoncent également à cause de la météo. Ils nous informent également que la famille ‘Par quatre chemins’ est au camping, nous irons leur faire un coucou demain.

29 Janvier

Cette nuit sur la place de San Pedro aura été bruyante… et nous avons eu des averses, extrêmement rare dans ce secteur, il y a d’ailleurs de la neige au sommet des volcans.

Nous repassons au camping Andes Nomade pour rencontrer la famille ‘Par 4 chemins’ qui va commencer l’école. Coucou bref, nous repasserons plus tard.

Nous prenons la direction d’une lagune à quelques kilomètres de là, mais le prix nous repousse (6000 pesos pour nous 4) et l’endroit ne nous inspire pas plus que cela. L’inconvénient des environs de San Pedro c’est qu’il y a beaucoup de sites à visiter aux alentours, mais ceux-ci sont relativement chers et éloignés, il faut souvent faire une centaine de kilomètres…

Tant pis, nous avons repéré un gouffre d’eau où nous nous installons pour manger. L’eau est plutôt claire, mais seul Marc tente de s’y baigner après avoir vu un ou deux touristes y aller. Aucun regret pour lui, il fait chaud et cela fait du bien. Nous apprendrons plus tard que personne ne connaît la profondeur de ce gouffre tellement celui-ci est grand !

58

14h, le temps se couvre et la température baisse un peu. Nous rejoignons le camping et retrouvons la famille ‘Par 4 chemins’ : Jean-Phi, Manue et leurs 2 fils Izac de 9 ans et Joseph de 7 ans. Nous voyons également arriver la famille de suisses croisée la veille dans le centre : Damien, sa femme et leurs 2 filles, la famille ‘4 ever’.

Nous passons l’après-midi tous ensemble et chacun s’attelle à ses occupations : lessives, bricolage, cuisine etc…

La soirée se termine autour d’un repas tous ensemble dans la salle commune.

30 Janvier

Nous profitons de la dernière journée au camping et les enfants font une tentative de baignade, même l’eau est froide et que les guêpes rodent !

Ils s’occupent ensuite à faire des routes dans la terre / poussière à l’ombre de l’arbre.

En début d’après-midi, les copains partent, une douche pour nous et nous partons vers 15h. Nous faisons le plein d’eau au camping, le propriétaire nous ayant autorisé à nous servir dans ses cuves d’eau non salée.

Nous nous rendons dans le centre pour profiter de la Wifi libre afin de télécharger sur le site nos vidéos mais le débit est vraiment trop mauvais et après une heure d’attente nous renonçons !

Quelques courses et nous prenons la direction des Geysers de Tatio à 4 300 m d’altitude. Fastoch a du mal et nous fait quelques chauffes moteur mais nous emmène au but.

18h, nous nous installons à 25 km de San Pedro, à 3500 m afin de nous acclimater. Nous sommes montés de 1 000 m en peu de temps.

61

31 Janvier

Nuit très calme au milieu de nulle part, le réveil est splendide. Nous partons vers 8h30 vers les Geysers, les paysages sont magnifiques et la route est plutôt en bon état.

 

Nous avons repéré sur Ioverlander des Geysers gratuits à 500 m de El Tatio qui eux sont à 10 000 pesos par personne (13€ ! ).  Nous ne prêtons pas attention au panneau « Prohibido » (interdit) et nous voilà au pied de geysers impressionnants. Les enfants sont ravis et nous impressionnés par la nature.

Nous prenons ensuite la direction de Calama, sans repasser par San Pedro, la route n’est pas mauvaise, elle est même par moment asphaltée !! Marco nous trouve un bivouac en bord de rivière avec un accès très difficile. Je ferme les yeux mais ça passe. Y’a pas à dire, il le maîtrise « son Fastoch » !

Nous y faisons notre pause repas de midi et nous y flânons en début d’après-midi. Nous levons le camp vers 17h car nous avons peur de l’orage et avec de la pluie cela deviendrait compliqué de sortir.

18h30, nous voilà à Calama où nous devons faire le plein de gasoil et quelques courses avec nos derniers pesos chiliens car demain nous allons en Bolivie.

Nous dormons à 10 km au nord de la ville en plein désert mais plutôt exposé au vent.

1er février

Après une nuit au calme, nous petit déjeunons des Pan cakes et nous levons l’ancre vers 10h. La route est désertique mais en goudron  avec de très beaux paysages.

Nous déjeunons au bord d’un salar entouré de flamands roses et de guanacos et nous arrivons à la ville de Ollague, village désert et frontière avec la Bolivie.

Nous passons la douane de sortie du Chili sans souci et nous arrivons ensuite à la Douane de Avaroa, côté Bolivien.

Nous avons hâte de retourner dans ce pays que nous avions tant aimé 6 mois auparavant.

Le Retour J + 1 Mois

18/04/2018

1 mois

Il y a un mois, nous montions dans l’avion à Montevideo pour rejoindre la France.

Il y a un mois, nous finissions notre si belle aventure plus tôt que prévu.

Depuis un mois, nous sommes en France.

Nous n’avons pas encore notre maison, alors nous sommes chez les papis et mamies avec nos valises…
Nous avons revus nos proches et cela fait du bien.
Nous nous régalons autour de bons repas.

Tout ceci est PARFAIT vous me direz !!

Oui, Mais …..

Nous avons aussi dû affronter la paperasse française et nous remettre dans la recherche d’emploi.
Nous avons eu le droit à « vous êtes trop qualifiée », « Vous devez faire une formation », « vous devez être véhiculé », « nous payons le Smic »…

Mais 1 mois après notre retour, voila où nous en sommes au niveau professionnel : Marc a débuté un CDI et moi je commence le mien début juin…. nous voilà repartis dans le monde des fourmis !!

Mais côté personnel, où en sommes nous ??

Nous avons eu le droit à des réflexions du style « oui mais faut pas vous plaindre vous étiez en vacances durant 9 mois !! »…. alors oui, c’est surement ce que vous voyez de l’extérieur…
Mais notre ressenti n’est pas le même. Nous ne voulons pas rependre une vie de fourmi et nous espérons « vite » retrouver une vie de cigale. Car ce voyage nous a confirmé que la cigale était en nous et que c’est de ce genre de vie que nous aspirons.
Alors oui, je vous entend dire « mais on ne peut pas vivre de voyage ! » Non c’est sur !! Mais nous souhaitons offrir à nos enfants une vie plus sereine que celle que nous avions.. Nous avons réalisé que nous sommes capables de vivre simplement en étant très heureux.

Alors aujourd’hui nous devons reprendre une vie de fourmi car la cigale à vidé toutes les caisses !!!

Mais la fourmi devra laisser place à la cigale qui est en quête de nouveaux projets.

NB : merci pour aux Globe trotters du Doubs a qui j’ai piqué l’idée de « la cigale et la fourmi »

Un retour en Argentine pour le Dakar

Vendredi 12 Janvier 2018 :

Nous quittons notre bivouac Chilien en pleine nature pour rejoindre l’Argentine, les enfants dorment encore. Tom se réveille rapidement mais reste dans son lit.

1

Nous empruntons une route sinueuse, nous atteignons un sommet à 3 330 m, nous traversons un long tunnel et arrivons à la frontière de l’Argentine vers 8h30. Un douanier nous indique de nous mettre dans une file à part des autres. Bien évidemment les autres voitures avancent rapidement alors que de notre côté, personne ne s’occupe de nous !!! Marc est trimballé d’un guichet à un autre et nous repartons enfin au bout d’une heure.

Nous avons une magnifique vue sur le Cerro Aconcagua qui est enneigé et qui culmine à 6 961 m. Le paysage côté argentin est totalement différent, nous sommes dans des canyons aux couleurs rouges.

Nous descendons en altitude et la chaleur arrive ! Et oui, nous sommes en plein été. Nous voilà ainsi dans la banlieue de Mendoza vers 13h, nous avons faim et nous nous arrêtons acheter 4 « super pancho » (genre de hot dog) pour 60 pesos (3 €) et nous mangeons à l’abri de la chaleur, dans Fastoch avec les ventilateurs ! Quel changement de température en si peu de temps..

Du coup, nous souhaitons nous poser dans un camping avec une piscine afin de nous rafraîchir mais dans celui que nous avions repéré la piscine est vide !! c’est souvent le cas ces derniers temps et nous sommes très surpris car c’est la haute saison… vraiment différent de chez nous !

Nous prenons du coup la direction du sud (20 km) et nous rendons à un autre camping, pas top, mais cette fois-ci la piscine est pleine et nous avons très chaud. Nous nous garons et partons vite nous rafraîchir !

Nous finissons la journée à l’ombre vers Fastoch et nous prendrons une douche froide avant de se coucher sous les ventilateurs.

13 Janvier

Cette nuit nous avons eu de la pluie et tout est trempé ! Nous quittons le camping vers 11h visiter le centre de Mendoza… mais finalement la ville est loin d’être intéressante et nous optons pour un arrêt au parc San Martin où nous mangeons à midi. Les enfants profitent des jeux et se défoulent ! Les vélos sont même de sortie…

Ci-dessous, photo de l’entrée du parc. Cette dernière a été offerte par la France et ressemble fort à celle du parc de la Tête d’Or à Lyon.

5

Nous quittons les lieux vers 17h afin de chercher un endroit pour bivouaquer mais il est difficile de s’arrêter. En effet, tous les abords des routes sont inondés car nous sommes en saison de pluie et nous ne voulons pas nous engager dans des chemins dans cet état. Nous prenons ainsi la direction de San Juan, lieu où nous avons prévu d’assister au Dakar dans quelques jours.

Après avoir mangé des sandwichs en roulant, nous arrivons finalement à San Juan vers 20h où nous stationnons dans un quartier résidentiel plutôt calme.

La température baisse et nous pouvons enfin arrêter les ventilateurs pour la nuit.

14 Janvier

Cette nuit nous avons eu beaucoup de chiens et nous nous réveillons vers 8h. Nous passons à la panaderia (boulangerie) et nous prenons la direction de Dique de Ulum, lac à quelques kilomètres de San Juan où nous avons déjà séjourné lors de notre 1er passage en Octobre 2017.

Nous nous rendons au même camping que nous avions déjà fait avec les Globe Trotters du Doubs, mais cette fois nous sommes en haute saison et il y a du monde, surtout que  nous sommes dimanche ! Le prix est de 300 pesos la nuit (15€) avec l’accès à la piscine. Comme dans beaucoup de campings, nous avons accès à des barbecues, un abri devant Fastoch avec une table, bancs etc…

Nous nous installons et nous mangeons un barbecue, il est 13h et les argentins mangent beaucoup plus tard ! Nous nous reposerons sur nos hamacs et Tom se fera un copain argentin et ils passeront un long moment à jouer aux petites voitures, comme quoi la langue n’est pas une barrière. Pendant ce temps, nous serons « bercés » par la/les musiques des argentins, toute la journée, toute la soirée et une bonne partie de la nuit !

La fin de journée se termine par un orage et nous rentrons dans Fastoch vers 22h.

Les argentins, eux, ne craignent pas l’averse et continuent à mettre le son à fond ! Nous avons même le droit à une voiture qui vient se garer à coté de Fastoch et les passagers s’installent à « notre table », et bien évidemment ils ouvrent le coffre et c’est parti pour le son !!

OK bon bin on dormira plus tard…

15 Janvier

Cette nuit nous avons eu chaud et le calme n’est revenu que vers 2h du matin ! Et à 4h du mat’ les moustiques nous ont rendu visite !! En résumé : une super nuit !

Du coup ce matin, nous nous réveillons à 9h30 et nous dévorons des pan cakes ! Et oui vous devez vous dire que nous en mangeons souvent, mais nous n’avons pas trouvé grand chose d’autre pour le petit déjeuner…

Tom se réveille recouvert de piqûres de moustiques et Chloé un peu moins. Aïe ça gratte !!

Nous sommes lundi et le camping s’est vidé et nous retrouvons enfin un peu de calme. Il fait encore bien chaud, nous nous tenons donc à l’abri à l’ombre… Nous prenons le rythme argentin et nous mangeons à 14h. Enfin à cette heure-ci les argentins commencent juste à allumer le barbecue tout en écoutant la musique… à fond !

Marc se lance dans les travaux d’étanchéité et refait les « angles » sous Fastoch avec du scotch bituminé. Il répare également l’accro de la carrosserie côté droit.

Nettoyage également du réservoir d’eau car après de multiples remplissages avec l’eau des rivières, cela ne lui fait pas de mal !!

De mon côté, je gère quelques lessives tout en jouant avec les enfants et en milieu d’après midi, nous allons tous les 4 à la piscine car il commence vraiment à faire chaud !!

De retour à Fastoch, les enfants s’occupent autour de la dînette avec un peu d’eau, nous sortons aussi le Frisbee, le Molki etc… Nous avons de l’espace et nous en profitons !!!

Ce soir nous mangeons froid car nous ne voulons pas réchauffer l’intérieur de Fastoch et nous restons dehors jusqu’à 22h. Une douche dans les sanitaires du camping et au dodo vers 22h30…

Il fait encore 28° à l’intérieur, on range les couettes, on met les ventilateurs et opération « élimination des moustiques »  !!

Les enfants s’endorment facilement, la chaleur ne leur pose jamais de problème !! Quant à nous, c’est un peu plus compliqué, surtout qu’un groupe vient se poser à quelques mètres de Fastoch et allume son barbecue vers 23h.. tout ça avec sa musique !!

16 Janvier

Après une nuit bien chaude mais moins bruyante que la précédente, nous ouvrons les yeux vers 9h.

Nous quittons le camping vers 11h et nous nous rendons à San Juan, quelques kilomètres plus loin, pour faire quelques courses. Nous regardons également les magasins de vélos pour y trouver une draisienne à Chloé, mais elles sont toutes à plus de 100 € !!

Marc se gare devant un marchand de glace et nous mangeons dans Fastoch (sous les ventilateurs !) et nous prenons une glace en dessert !

Nous reprenons la direction de Ullum et nous nous arrêtons au Zoo pour visiter, mais celui-ci est fermé aujourd’hui ! Tant pis, nous partons bivouaquer vers l’embarcadère, à l’ombre des arbres.

Nous installons les 3 hamacs et nous nous reposons… enfin cela est quasiment impossible avec nos 2 loulous qui ne cessent de se disputer !! et oui, 3 hamacs pour 4 et voilà une source de conflit !!

Marc reprend ensuite son bricolage et moi je m’attaque à la couture (vêtements, housse des coussins etc…)

Le repas du soir se fera dehors, et nous referons la chasse aux moustiques avant de nous coucher.

17 Janvier

Cette nuit aura été chaude, comme les précédentes, mais nous avons aussi eu le droit aux aboiements des chiens ! Mais comme d’habitude, aucun souci pour les enfants 🙂

En fin de matinée, nous allons visiter le petit zoo… Tout petit, mais aussi petit prix : 40 pesos / adulte (2 €)… En tous cas, les enfants sont ravis, même si nous avons très chaud !

Nous retournons à Fastoch et nous nous déplaçons sur le parking de la piscine municipale, non loin de là…. mais celle-ci est beaucoup trop chère (presque le prix du camping !!), alors nous restons juste à l’ombre des arbres afin de manger au « frais » et de jouer au Molki.

En milieu d’après midi nous repartons dans le centre mais tout est fermé !! Et oui, c’est l’heure de la sieste… Nous trouvons malgré tout un marchand de légumes et nous partons à la pêche aux informations à la Feria du Dakar… Mais hormis quelques exposants, nous n’arrivons pas à obtenir les informations sur le tracé précis du lendemain..

14

Nous partons de là et nous arrêtons dans une mercerie afin d’acheter du tissu bleu, blanc et rouge !

Nous retournons ensuite en direction de Ullum, mais la nuit tombe et nous choisissons de dormir dans une station service. Il fait encore très chaud !

18 Janvier

Ce matin il y a beaucoup de bruit et je n’arrive plus à dormir après 6h30 !! Je tourne dans le lit jusqu’au réveil du reste de la famille vers 8h.

Petit dèj Pan cakes et direction Ullum afin de voir les voitures du Dakar qui doivent passer en liaison après être passées dans les dunes.

Nous nous arrêtons sur le bord de la route, en retrait et près d’une autre voiture qui est aussi installée pour regarder le spectacle.

Mais après une bonne heure, un policier nous demande de reculer… ce que nous faisons. J’attaque la couture du drapeau et les enfants se mettent à la peinture d’un panneau.

Nous prenons le repas de midi dehors, à l’ombre du store afin de ne pas cramer, mais à peine le repas terminé un policier (un autre !) vient nous dire que nous ne pouvons pas rester ici qu’il faut aller 1 km plus loin, sur le barrage, il y a un parking ! On essaye de lui dire qu’un de ses collègues nous a dit tout à l’heure de simplement reculer et que nous étions autorisés à rester ici, surtout que la route n’est pas fermée et que les voitures de rallye vont rouler dans la circulation normale… il ne veut rien savoir !!

Du coup, on remballe et on va voir l’emplacement au barrage… Le lieu n’est vraiment pas sympa, il y a plein de voitures et surtout impossible de mettre Fastoch au bord de la route et donc de pouvoir se mettre à l’ombre ! Demi-tour, on retourne vers là où nous étions et nous trouvons un autre lieu pour stationner, en espérant qu’on ne nous dise rien !!

Nous attendons une bonne heure et Tom trouve le temps long, il a son drapeau prêt et sa pancarte !! Il fait 33 degrés, beaucoup de voitures nous klaxonnent et à 15h nous voyons enfin la 1ère voiture du rallye passer devant nous ! Tom n’en revient pas du bruit qu’elle fait mais il est déçu car ce n’est pas une course… c’est vrai qu’elles sont mélangées à la circulation et que du coup ce n’est pas très « impressionnant » et surtout il en passe une toutes les 15 minutes et que très peu nous font signe !

Nous lui avions tellement parlé de ce fameux Dakar, que c’était une énorme course, il est finalement déçu de les voir dans ce contexte ! Il finit par jouer avec sa soeur dans Fastoch et il pointe parfois le bout de son nez quand il entend un moteur…

Marc et moi nous nous mettons donc sur le site internet du Dakar afin d’avoir le tracé de la spéciale du lendemain. Elle est à 70 km au sud, ce n’est pas notre route, mais tant pis, nous aussi nous avons envie d’en voir plus !! Le tracé officiel n’est publié qu’à 20h, heure à laquelle nous décampons afin de nous rendre sur le parking spectateurs.

La nuit tombe vite et nous arrivons enfin vers l’endroit repéré sur Internet. Nous nous adressons aux policiers qui nous confirment que nous sommes au bon endroit et qu’il n’y a pas de souci d’accès avec notre véhicule. Nous prenons donc la piste, qui se recouvre vite de sable !! Marc galère mais nous arrivons enfin au lieu de RDV. Plusieurs voitures sont déjà présentes, mais nous sommes déçus car le stationnement est « loin » du tracé.. mais les policiers ne veulent rien savoir « NO ES POSSIBLE » !!

Nous nous installons donc au milieu des autres voitures, camping car, tente, feux de camp etc… Il est 21h30, nous sommes épuisés, mais il faut encore manger !! Nous grignotons dans Fastoch, malgré la chaleur !!

22h, tout le monde au lit… ventilateurs, musique dehors, fumée des barbecue, chaleur… la nuit s’annonce courte !

19 Janvier

Le réveil sonne à 6h, aie ça pique !! Comme prévu, la nuit a été très mauvaise, mais Tom est tout excité. C’est le grand jour ! Pour Chloé, le réveil est un peu plus difficile et grognon.

Petit déjeuner et c’est parti ! Nous prenons nos sièges, nous faisons quelques dizaines de mètres et nous rejoignons le bord de la piste. Nous sommes étonnés de voir que l’accès qui nous a été refusé hier soir est rempli de véhicules, de tentes, de matelas.. Nous avons du coup du mal à trouver une place pour poser nos sièges ! Nous nous mettons au milieu d’un « camp » d’argentins qui ne sont pas très contents de notre présence… Nous ne sortons qu’une seule chaise pour Chloé qui traîne un peu la patte !

21

Les 1ères motos passent à 1 mètre de nous, les enfants n’en reviennent pas !! Nous sommes au 1er plan, nous avons ainsi le droit à la poussière et au bruit… Mais comment passer la journée ici ??? le soleil va bientôt sortir et nous allons cramer !!

22

Marc part chercher Fastoch, mais il n’est pas facile de se frayer un chemin, surtout que la piste est en mauvais état !! Le sable et les trous auront raison du pare choc !!

Nous trouvons enfin une place à une vingtaine de mètres en retrait de la piste, il est 7h30, le soleil commence déjà à chauffer !

Afin d’avoir une meilleure vue, nous montons sur le toit de Fastoch et nous y installons le parasol et le drapeau français ! Tom est surexcité à chaque passage de véhicule… Chloé est un peu moins emballée et fait des allers et retours entre l’intérieur et le toit !! Bien que nous ayons reculé, la poussière arrive jusqu’à nous ! Heureusement que nous ne sommes pas au bord, finalement…

 

Puis vient le passage des camions… c’est vraiment impressionnant ! Ils arrivent à une vitesse folle et un nuage de poussière se dégage après leur passage… Tom hurle de joie, nous avons atteint notre objectif, nous sommes ravis !

Nous avons également droit à la visite de 2 français qui gèrent l’encadrement du public sur tout le Dakar. Très intéressant d’avoir les informations sur l’envers du décor.

Ils nous expliquent que le tracé de cette course a été modifié et que l’arrivée se fait juste à côté de nous !

La course se termine vers 11h30 et nous nous rendons vite à la fin de celle-ci, quelques mètres plus loin. Nous assistons à l’atterrissage de l’hélicoptère de France Télévision avec le journaliste Jean-François Kerckaert et son cameraman. Chaque concurrent s’arrête au « stand » où le personnel du Dakar leur fournit de l’eau et les réconforte… les pilotes ont l’air épuisés !

De notre côté, nous essayons de trouver un peu d’ombre car le soleil plombe… Nous tenons fièrement notre drapeau français et les 2 français du staff viennent nous chercher afin de nous installer en 1ère ligne de mire… Nous avons du coup le droit à un interview de France Télévision. Merci à eux, chouette moment.

Nous attendons avec impatience le passage de Stéphane Peterhansel et de Cyril Despres… Les voilà enfin !! Il est 12h30, il fait vraiment trop chaud, nous quittons les lieux.

A la sortie du bivouac, nous passons par le parc d’assistance. Encore une fois, l’organisation est impressionnante.

Nous prenons la direction du nord de San Juan afin de retourner au Chili. Nous montons dans les montagnes et la fraîcheur revient enfin ! Chloé fera une sieste de 4h et nous nous arrêtons pour la nuit vers 17h près de la RN149, dans une ville minière abandonnée, à 1800 m d’altitude !

Nous finissons la journée par la visite des maisons abandonnées et Marc consolidera les parois de Fastoch qui ont tendance à s’écarter !

Nous prenons tous une douche car nous sommes marqués par la poussière et tous au lit à 21h, avec un peu de fraîcheur… enfin !

20 Janvier

Nous nous réveillons à 8h30 par un grand soleil. Petit déjeuner, rangement et nous sommes prêts à partir. Mais au dernier moment, fuite d’eau sous l’évier et nous voyons un geyser couler dehors ! Vite on coupe la pompe à eau !! Nous découvrons vite que le filtre Sawyer (celui qui nous permet de boire l’eau des réservoirs) a cassé !

Marc monte en pression et commence à en avoir marre de sortir ses outils quasiment tous les jours !! Il tente de le démonter et de le recoller, mais rien n’y fait, cela fuit toujours… Tant pis, nous laissons la pompe à eau éteinte et nous prenons la route du départ vers 10h30.

Nous arrivons à la ville de Las Flores, dernière « ville » avant la frontière… Cette fois-ci nous ne devons plus revenir en Argentine, alors nous dépensons nos derniers pesos et nous changeons la bouteille de gaz Argentine.

Midi, nous voilà à la douane Agua Negra où nous mangeons les derniers produits frais avant d’entrer au Chili. Nous passons le contrôle argentin sans souci et nous parcourons 150 km avant la douane chilienne.

Nous sommes en haute montagne, sur une piste où nous passons à 4750 m. Nos oreilles se bouchent et Tom a un peu mal à la tête.. Chloé, quant à elle, dort profondément !

La piste est remarquable : difficultés à se croiser, virages serrés, glace, neige…

18h, nous voilà enfin à la douane côté Chili. Et comme d’habitude, l’entrée au Chili est longue… Nous avons le droit à une fouille complète du véhicule, ils nous prennent le bois pour le barbecue et un oignon (le reste était sagement caché dans les jouets de Chloé !).

19h30, nous partons enfin et nous nous installons à 20h en bord de rivière. Nous sommes tous fatigués et nous nous endormons vers 21h30.

Nous voilà de nouveau au Chili et à partir de maintenant tout ce que nous allons visiter, nous ne l’aurons jamais vu !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une fin d’année en Argentine et le début d’une autre au Chili

Samedi 30 décembre 2017

L’année 2017 arrive à sa fin et nous sortons du Chili pour entrer en Argentine pour la énième fois. Nous voulons retourner dans le secteur que nous avions tant apprécié à l’aller et nous venons aussi chercher le soleil !!

Nous sommes passés par le Paso Cardenal Antonio Samore et tout s’est bien déroulé malgré la période de vacances scolaires. Car oui, ici c’est les grandes vacances estivales (2 mois pour le Chili et 3 mois pour l’Argentine) et il a beaucoup de vacanciers.

Nous voilà en Argentine, il est 14h, et nous avons des nouvelles de la famille Globe trotters du Doubs que nous devrions croiser car ils passent la frontière dans l’autre sens. En effet, 30 minutes plus tard nous sommes avec eux au bord de la route à nous raconter nos dernières aventures… De plus, les enfants sont contents de se retrouver et également car le père noël a laissé des cadeaux dans le camping-car des copains et il en a aussi laissé dans le nôtre pour eux ! Quel coquin ce père noël !! Une heure plus tard, même si personne n’a vraiment envie, il est temps de se séparer car nous avons tous de la route…

Nous prenons ainsi la route pour Villa Angostura et nous nous arrêtons un moment au terrain de jeux pour les enfants pendant que Marc part faire 2/3 courses et retirer de l’argent argentin. 17h, nous partons à nouveau car le secteur est trop bruyant, trop civilisé… nous nous dirigeons donc vers le parc Nahuel Huapi que nous avions tant aimé lors de notre 1er passage dans le secteur.

Nous décidons donc d’aller dans le camping où nous avions été (celui avec l’eau claire où Marc avait fabriqué une petite cabane à Tom, un arc etc…) mais nous sommes vite surpris par le monde et surtout le prix (500 pesos  = 25 € alors que la fois précédente c’était gratuit !)… Nous nous rendons du coup à un second camping mais cette fois-ci c’est 600 pesos… le 3ème 300 pesos mais aucune commodité (pas d’eau, pas de sanitaires…) !!! L’heure tourne, il est 19h nous devons nous poser ! Nous optons pour un camping en bord de lac à 400 pesos car nous n’avons plus d’autres solutions !

1

31 décembre 2017

Ce matin il fait grand beau et nous en profitons pour faire des lessives. Marc, de son côté, s’attaque au souci électrique avec les feux qui restent allumés et change le filtre à gasoil. A midi, nous sortons une truite du congélateur et la faisons cuire au barbecue.. Huumm un délice ! Nous avions prévu de ne faire qu’une seule nuit en camping au vue du prix, mais ce soir c’est le dernier jour de l’année et nous décidons de rester ici pour réveillonner.

Nous sortons donc le canoé et partons en ballade sur le lac aux eaux limpides. Comme à chaque fois, les enfants sont ravis et s’amusent de voir leur papa pêcher du canoé (pendant que maman tente de maintenir le canoé seule !). De retour au campement, nous faisons un grand plaisir à nos enfants en montant la tente afin qu’ils aient une nouvelle aire de jeux ! Ils s’amusent comme des fous et d’ailleurs tout le camping les entend !!

Marc et moi finissons la dernière journée de l’année en buvant l’apéro au soleil, nous rejoignons les enfants dans la tente et nous préparons ensuite des crêpes que nous mangerons tous les 4  dans Fastoch.

Mais ce soir pas question de se coucher trop tôt même si nous ne sommes que tous les 4 !! Alors nous faisons comme les argentins qui nous entourent, nous mettons la musique à fond, des jeux de lumières, on enlève la table et on se déhanche dans Fastoch !! Les enfants réussiront même à tenir jusqu’à minuit, et nous enchaînerons par un film tous les 2 car impossible de dormir avec le bruit ambiant.

1er janvier 2018

Et voilà aujourd’hui nous sommes en 2018 ! Notre réveillon est loin des précédents, les copains nous manquent, mais nous sommes en Amérique du Sud, en Argentine, sans réseau téléphonique… Wahhooo quel changement !!

Nous ouvrons l’œil vers 10h et finissons les crêpes de la veille. Ce matin il fait beau et les enfants vont jouer sur la plage du lac pendant que  nous nous activons de notre côté à finir les lessives, ranger Fastoch, faire le ménage etc…

Mais aujourd’hui les enfants ne font que crier et se disputer et nous mettent les nerfs ! Un peu comme les autres jours en fait mais nous devons être fatigués… C’est loin d’être simple d’être tout le temps avec eux. Et puis ils sont petits et pas du tout autonomes (et Tom ne veut pas le devenir !!) donc ils nous sollicitent trop souvent… enfin bref c’est le jeu de parents !

Nous décampons vers 15h mais nous ne trouvons pas d’autre bivouac sympa (et gratuit) car il y a du monde de partout au bord des rivières ! Nous faisons une pause à Saint Martin de los Andes afin de profiter de la wifi de la ville et de souhaiter une bonne année à nos proches et nous filons ensuite à Junin de los Andes pour bivouaquer pour la nuit, proche de la routa 40 mais au bord d’une rivière.

Ce soir nous faisons dodo tôt car nous n’avons tout de même pas beaucoup dormi.

2 Janvier 2018

Ce matin nous attaquons l’année avec les bonnes résolutions : école ! Mais les enfants ne s’en plaignent pas trop, il ne faut juste pas que cela dure des heures… Après un plein d’eau à la rivière, nous changeons la bouteille de gaz d’Argentine pour une neuve avant de quitter le pays car nous prenons à nouveau la route du Chili.

Nous nous arrêtons à la sortie du village au bord de l’eau, après avoir traversé une rivière !!! Nous sommes sur une sorte d’île et profitons de l’eau pour faire une lessive et Marc se met à pêcher. Les enfants de leur côté sortent le vélo de Chloé et jouent aux aventuriers.

Nous passons à table pour le repas de midi mais nous avons la visite de 2 hommes de la Guarda Fauna qui nous disent que nous n’avons pas le droit de pêcher ici sans permis (que nous n’avons pas bien sûr !!). Heureusement, la canne est au sol et Marc n’a rien pêché !! Nous échangeons avec eux et leur disons que nous n’avons pas pêché, juste que nous avons sorti la canne à pêche pour monter une ligne car demain nous allons pêcher au Chili où le permis est moins cher.. Visiblement ils croient à notre histoire (ils n’ont pas bien d’autre choix !!) et repartent. OUF on a eu chaud !!

Nous mangeons et rangeons tout notre bazar afin de prendre la direction du Chili. Nous nous rendrons compte, plusieurs jours plus tard, que nous avons oublié la draisienne (vélo) de Chloé sur ce camp !!

Nous passons, comme quelques mois auparavant, par le parc Lanin (nom du volcan) et roulons sur une piste de 10 km avant d’arriver au pied du volcan à 3 km de la frontière. Ici il est noté qu’il y a une wifi alors nous avons prévu d’y passer la nuit. Mais une fois sur place, la wifi ne fonctionne pas et nous sommes dans le brouillard limite pluie !! Nous ne nous attardons donc pas et décidons de passer la frontière aujourd’hui en cachant les quelques produits frais que nous avons.

Le passage à la douane se passe bien et nous subissons une fouille par 2 douaniers qui nous mettent la main sur les patates que nous avions cachées !! Ils les saisissent et aucun souci.

Nous passons la frontière et embarquons avec nous 2 auto stoppeurs français  jusqu’à la ville de Pucon où nous bivouaquerons au bord du lac, comme la fois précédente sauf que aujourd’hui nous sommes en haute saison et le stationnement est payant !

03 janvier 2018

Après une nuit un peu bruyante nous quittons Pucon à 9h car nous n’avons pas grand-chose à y faire. Nous préférons prendre la direction de l’océan Pacifique afin d’y trouver un peu de chaleur, nous avons donc 370 km de prévu aujourd’hui.

Nous roulons sous les averses mais dans ce secteur nous avons la chance d’avoir l’autoroute, chance que nous payons : 10 000 pesos chiliens (14 €) dans la journée. Mais ici, et en Amérique du Sud en général, nous n’avons pas le choix de prendre cette route car il n’y en a pas de secondaire et pour les routes payantes nous payons plus cher car nous sommes en roues jumelées à l’arrière (alors que chez nous c’est en fonction de la hauteur !).

Nous quittons cette charmante route à Angol pour nous rendre sur la côte Pacifique, mais avant notre arrivée nous nous retrouvons dans le brouillard et la pluie fine ! Nous qui étions venus chercher le soleil c’est mal parti !! Nous traversons la ville de Concepcion, qui est bien trop grande à notre goût, et nous nous arrêtons bivouaquer au nord de Pemco au bord de la plage. Mais il fait très lourd et il pleut… pas si idyllique que ça ici !

Nous nous couchons tôt et Marc et moi regardons un film. Mais à 21h, Tom, qui a du mal à s’endormir, se redresse en sursaut « Papa maman ça sent le gaz ! ». En effet une odeur de brulé vient à  nous, ni une ni deux Marc se lève en sursaut, coupe l’alimentation électrique et va vers le lit de Chloé d’où provient l’odeur. Il constate rapidement que le souci vient du ventilateur de Chloé « Vite sortez de votre lit ». De mon côté, j’ouvre les fenêtres afin d’évacuer cette odeur qui devient prenante ! Les enfants sont en panique et je ne suis pas rassurée non plus…

Mais que s’est-il passé ???!!!!  En réalité, Chloé a voulu mettre en route son ventilateur en se couchant et l’a branché dans la prise allume cigare, mais au moment de l’éteindre, elle l’a mal débranché et cela a fait un court-circuit ! Le fil a donc chauffé ….  Une belle frayeur !

Nous reprenons tous nos esprits et repartons nous coucher pas très sereins mais le lendemain Marc changera le système et installera des interrupteurs aux ventilateurs des enfants !

04 Janvier 2018

Ce matin il pleut encore !!! Alors nous dégustons des pan cakes pour remonter le moral des troupes. Un peu d’école et nous décollons vers 11h car Madame pluie est toujours bien présente !

Deux heures de conduite nous ne sommes plus au bord de l’océan, et nous nous arrêtons pour une pause sandwichs à Quirhue à côté de la place centrale. Car en Amérique du Sud, quel que soit la taille du village, il y a toujours une place centrale en bon état et souvent avec des jeux d’enfants !

Nous faisons quelques courses, dont des seaux et pelles pour les enfants, et partons à nouveau à la recherche d’une plage.

En fin de journée nous arrivons à Cobquecura en bord de plage et cette fois-ci pas de pluie !! Les enfants sont ravis et ne perdent pas de temps à inaugurer les jouets… jeux non-stop jusqu’au repas du soir que nous prenons à l’extérieur au soleil.. ENFIN !!

 

05 Janvier 2018

Après une nuit plutôt chaude nous faisons l’école mais Tom n’est pas du tout motivé aujourd’hui !! Après une heure de travail, tout le monde dehors. Les enfants jouent de nouveau dans le sable, il fait soleil mais pas mal de vent..

Nous profitons d’une rivière d’eau douce à proximité pour faire la lessive et ce midi nous mangeons dehors à l’abri du soleil. Voilà l’heure du gouter, une dame arrive en voiture avec son coffre rempli de gâteaux maison !! Un délice…

Nous appelons ensuite papi car aujourd’hui c’est son anniversaire !! Le 1er où nous sommes si loin de lui… alors nous restons un long moment avec lui et mamie et leur montrons ce qui nous entoure.

Nous finissons la journée à l’intérieur car le vent est difficilement supportable.

06 Janvier 2018

Ce matin le vent est toujours présent, après un moment d’école, nous partons vers 11h. Petite pause dans le centre du village pour le pain (enfin ici ils appellent cela du pain !!), puis nous partons à la recherche d’un bivouac à l’abri du vent.

Nous nous arrêtons un peu au sud de Curanipe au bord d’un rio. Le vent est ici un peu moins présent et nous pouvons déjeuner dehors. En début d’après-midi, Marc et les enfants partent se promener en canoé puis celui-ci se transforme en piscine, à côté de Fastoch, car les enfants ont chaud !

La journée se terminera à l’intérieur pour le repas.

07 Janvier

Cette nuit nous avons eu plus chaud que d’habitude, nous n’avons plus l’habitude et sommes réveillés vers 8h. Alors nous en profitons pour faire un peu d’école dehors jusqu’en fin de matinée.

L’après-midi, je vais faire une promenade avec les enfants pendant la sieste de papa mais à notre retour le temps se couvre ! Du coup on remballe tout et on quitte notre bivouac.

Nous traversons plusieurs villages remplis de monde ! Et oui, ici le dimanche on « comparti » (se réunit) en famille. Nous croisons plusieurs stands en bord de route vendant des fraises, nous nous y arrêtons et dégustons pour le gouter des fraises succulentes !

Nous passons le village de Constitucion où nous voulions nous arrêter mais il y a, ici encore, énormément de monde. Nous continuons donc et nous nous arrêtons vers 18h alors que tout le monde commence à en avoir marre ! Nous sommes à Los Rabanos sur une plage pour le grand plaisir des enfants !!

08 janvier

Ce matin nous ouvrons les stores et voyons que le soleil a disparu ! Etant donné que l’accès n’était pas facile, nous ne voulons pas prendre le risque d’avoir un orage et nous quittons les lieux après l’école.

Mais à la sortie de la plage nous croisons un véhicule argentin enlisé dans le sable ! Marc s’arrête pour lui donner un coup de main car il n’y a personne d’autre que nous dans le secteur… Mais nous n’avons qu’une minuscule corde avec nous et celle-ci cède à plusieurs reprises ! Marc emmène donc le propriétaire dans Fastoch afin d’acheter une sangle au village qui se situe à une demi-heure… Une heure plus tard, les voilà de retour, on rejoue la scène et cette fois-ci le véhicule sort de son trou, mais il sort tellement bien qu’il finit dans le porte vélos de Fastoch ! Bilan : un feu de cassé sur la voiture et notre porte vélos de tordu !! Le monsieur est tout gêné et nous propose, si nous venons vers chez lui à Mendoza, de venir manger un assado (barbecue). OK merci mais le porte vélos est quand même tordu !

Aller nous filons d’ici et prenons la direction du nord et nous arrivons dans une forêt avec des routes (pistes !!) en sable sur les côté !!! Nous croisons une voiture, Marc fait un écart sur le côté droit et nous voilà ainsi dans le sable sans pouvoir en sortir… nous sommes coincés dans du sable et appuyés contre le bas-côté en terre… Impossible de sortir par la porte côté droit.. J’essaye de guider Marc par l’extérieur, mais dès qu’il essaye de sortir du sable, l’arrière frotte contre le talus et nous arrachons ainsi un morceau de pare choc arrière et de bas de caisse !! Marc finit par s’en sortir, mais nous avons quelques dégâts ! Décidemment ce n’est pas notre journée…

Nous prenons ensuite la direction de l’océan et arrivons à Punta de Lobos, secteur privilégié des surfeurs… Mais pas moyen de bivouaquer en bord de plage alors on continue. Nous traversons ainsi la ville de Pichilemu, ville festive avec ses marchands ambulants ayant un air de la Côte d’Azur. Nous trouvons un bivouac  à la sortie de la ville, sur la plage !! Je pars avec Tom jouer dans le sable pendant que Chloé termine sa sieste. A 16h, nous voyons un camping-car se garer à nos côtés, il s’agit de québécois : Yannick, Stéphanie et leurs enfants Simon-Loc (8 ans) et Flavie (4 ans). Les enfants passeront un moment sympa ensemble et les parents également autour d’un apéro !

09 Janvier

Ce matin les enfants jouent tous ensemble tandis que les parents discutent voyage. Yannick et Stéphanie sont partis depuis l’été dernier de Colombie et descendent jusqu’à Ushuaia (le sens inverse de nous). Nous ne voyons pas le temps passer, 13h30, il est temps de décoller !! Il fait grand beau aujourd’hui, nous avons pour objectif d’aller à San Antonio. Mais une fois sur place, le lieu est beaucoup trop touristique et nous ne pouvons pas nous arrêter en dehors des parkings payants !! Nous continuons donc mais nous ne trouvons pas de lieu pour s’arrêter avant Valparaiso à 20h30 !! Nous n’avions pas prévu d’y arriver avant demain, du coup nous n’avons pas trop étudié le secteur… Nous nous arrêtons avant la nuit, proche de l’océan. Nous avons chaud !!

24

10 janvier

Aujourd’hui nous prévoyons de visiter la ville de Valparaiso et nous partons nous stationner dans le haut de la ville devant la police. Mais nous ne savons pas trop quoi faire dans cette grosse ville, nous n’avons pas étudié le coin et la tension monte vite !!

Nous prenons ainsi la direction du musée à ciel ouvert, il s’agit de fresques murales. Les peintures sont très belles, mais les rues sont vraiment en pente et Chloé se met vite à râler !! Nous avons des enfants qui ne marchent vraiment pas (surtout Chloé) et nous devons vite la porter !! Et plus le temps avance, et plus Chloé devient capricieuse, le voyage n’a pas que du bon !

Nous quittons les lieux vers midi et sortons de cette ville angoissante en camping-car !! Nous attendions beaucoup de ce secteur et nous sommes plutôt déçus… Heureusement les fresques étaient vraiment très belles, mais nous aurions dû faire la visite guidée !

Nous prenons donc l’autoroute et nous nous arrêtons à 14h à Quillota sur le parking d’un magasin d’outillage afin de réparer les dégâts sur Fastoch. Il fait chaud, Marc démonte le pare choc arrière sur le goudron et fait des allers et retours dans le magasin. De mon côté, j’occupe les enfants et je profite de l’internet libre pour mettre le blog à jour.

Nous repartons d’ici vers 18h30 en direction de Los Andes. Nous nous arrêterons vers 20h à Lo Campo avant San Felipe sur une petite place de village.. Il fait toujours chaud !!

11 janvier

Cette nuit aura été bercée par les aboiements des chiens (comme souvent dans les centres de villages !!). Après le réveil, les enfants partent jouer aux jeux sur la place, rangement de Fastoch et on part. Sur la route, nous traversons beaucoup de villages.

Nous faisons un bref passage à Los Andes pour le plein d’eau et de gazoil. A la station-service, j’en profite pour doucher Tom en même temps que le remplissage, puis vient le tour de Chloé. Mais une fois que je l’ai savonnée, la pompe à eau ne fonctionne plus et je me retrouve avec pépette pleine de mousse… Je prends donc un seau que je rempli directement au tuyau de la station.. « attention Chloé ça va être froid !! ». Marc pendant ce temps constate que la pompe à eau est brulante ! Mais nous n’allons pas gérer ça ici, on verra plus tard !!

Nous mangeons sur le bord de la route et nous attaquons la montagne en direction de la frontière pour l’Argentine. Et oui encore une fois l’Argentine !! Mais nous avons pour objectif d’aller voir le Dakar à San Juan d’ici quelques jours.

Nous sommes nombreux sur la route (vacances scolaires d’été), il fait chaud, nous roulons doucement mais Fastoch à chaud ! Nous roulons donc chauffage à fond pour le refroidir, c’est efficace mais nous sommes tous rouges !

43

Nous bivouaquons à 2300 m au milieu de nulle part avec beaucoup de vent. Nous restons dans Fastoch et nous nous lançons dans les activités manuelles : les garçons fabriquent une cabane en allumettes et les filles un bonhomme avec une boîte d’œufs.

Après le goûter, nous partons en ballade de l’autre côté de la rivière où se trouve une cascade. L’accès se fait par un pont pas très sécurisé !!

Nous revenons vers 18h, repas  et dodo de bonne heure car demain nous voulons passer la frontière de bonne heure car il va y avoir du monde.

Argentine nous re re re voilà !!

Patagonie chilienne

Mardi 19 décembre 2017

Ce matin nous sommes entrés au Chili via l’Argentine à la frontière Paso Roballos, une frontière perdue au milieu de nul part.

Nous sommes accompagnés de Loïc et Morgane (les tchouls), 2 auto stoppeurs français d’une vingtaine d’année, qui font un bout de route avec nous.

En fin d’après-midi, nous trouvons un bivouac en bord de rivière. Un peu d’eau, je sors la machine à laver et Marc sa canne à pêche. Malheureusement, que des petites truites que nous relâchons.. Dommage nous aurions aimé faire goûter du bon poisson à nos compagnons. Mais Morgane est ravie car elle déteste ça !!

Nous avons de l’eau, alors douche pour tous les 6 !

Les moustiques sont de sorti, nous couchons les enfants et  nous faisons un feu de camp pour les bestioles et nous réchauffer. Discussion jusque tard dans la nuit : le voyage, les aventures… Chouette moment !

20 décembre

Cette nuit nous avons eu beaucoup de vent et de la pluie, j’ai dû rentrer le linge en pleine nuit ! Une nuit pas des plus reposante… Mais ce matin le soleil est de retour.

Un peu d’école et nous prenons la route vers 10h30. Les paysages sont magnifiques !

Nous croisons une famille en vélo, nous nous arrêtons pour savoir s’ils ont besoin de quelque chose.. Oh ce sont des français. Papa, maman et …. 3 enfants !! Quel courage ! Nous nous arrêtons discuter un moment.. Ils sont en tour du monde Wahoo quelle aventure !

14h, nous voilà à Cochrane où nous faisons quelques courses et dévorons un completo (sandwich avec de la saucisse, de l’avocat, de la tomate !!) Nous partons ensuite sur la place principale afin de profiter de la wifi libre et de passer à la banque et retirer de l’argent du Chili (le pesos chilien).

8

Nous rencontrons sur la place le père noël.. les enfants sont impressionnés ! Même au fin fond du Chili il est là ! et oui il surveille… Tom lui fera un dessin et ce gentil père noël leur offrira des bonbons. Aaahh la magie de noël !

9

Nous devions continuer à descendre jusqu’à la ville de Tortel afin d’y passer Noel mais nous avons des informations comme quoi la route est difficilement praticable à cause des pluies, et ils en annoncent encore ! Nous devions passer les fêtes ici avec les Globes trotters du Doubs mais ils sont encore en Argentine, au bord de l’océan Atlantique, et ne veulent finalement pas venir dans ce coin car le mauvais temps est annoncé… Tant pis, nous prendrons donc la direction du Nord par la carretera austral, une route mythique que nous avons découverte à l’aller et que nous avons tant adorée !

En fin de journée nous sortons un peu de la ville pour trouver un bivouac avec nos 2 back packers. Nous trouvons un coin sympa en bord de rivière, mais la pluie arrive ! Morgane et Loïc montent vite leur tente et viennent manger avec nous à l’abri.

21 décembre

Aujourd’hui cela fait 6 mois que nous sommes partis… que de choses parcourues depuis le départ.. nous voilà au fin fond du Chili !

Nous avons bien pris notre rythme et nous nous réveillons un peu avant 10h !!

Mais Noel approche et il faut que nous trouvions un coin sympa car Noel à 4 cela risque d’être déprimant… Un peu d’école et nous quittons notre bivouac vers 11h30. Nous repassons dans le centre de Cochrane pour la wifi et direction le nord.

Les paysages sont toujours aussi splendides, les eaux limpides, la verdure, les montagnes… mais par contre aujourd’hui c’est encore la pluie !! et oui c’est ça aussi la Patagonie..

La pause repas se fait du coup à l’intérieur de  Fastoch.. mais avec une vue splendide !!

Nous repartons et arrivons sur les abords du Lago General Carrera, lac que nous avons adoré lors de notre 1er passage, quelques semaines auparavant.

16h, un pont orange pointe le bout de son nez… super bivouac à l’aller, il est temps de s’arrêter pour la soirée ! Mais cette fois ci, nous empruntons un chemin avec Fastoch afin de bivouaquer dans un coin encore plus tranquille, un ancien camping à la vente. Nous nous mettons à l’abri d’un arbre car la pluie fait encore quelques apparitions..

Marc sort la canne à pêche car ici nous savons que c’est rempli de truites, mais pour le moment ça ne mord pas…. Mince nous qui en avions tant parlé à Loïc !

Mais à la tombée de la nuit cette fois-ci cela mort bien… et 3 truites en quelques minutes !! Et hop la plus grosse ira au congélateur pour Noel et une autre offerte à Loïc.

Nous passons la soirée entre adultes autour du feu, demain les Tchouls nous quittent de bonne heure, en stop, car nous avons prévu de passer 2 nuits ici.

22 décembre

9h, nous ouvrons les yeux et la tente n’est plus là… après plusieurs jours passés avec eux, pas facile de ne plus les voir à nos côtés !

Marc se remet à pêcher, et hop 5 truites !!! pas de doute cet endroit est miraculeux !!

Nous partons ensuite vers le pont à pied afin de voir si le stop a été efficace pour Morgane et Loïc… mais surprise, ils sont encore là après 2h d’attente !! Nous restons un peu avec eux et repartons préparer à manger… truite au feu bien sûr ! Morgane et Loïc savent que s’ils ne sont pas pris en stop, un bon repas les attend.

16

Aujourd’hui il fait meilleur, nous pouvons enfin manger dehors !! les tchouls ne reviennent pas, tant mieux ils ont dû partir..

Aprem détente, lessives, rangement, jeux… cette pause fait du bien !

23 décembre

Encore un réveil tardif et nous partons vers 10h30. Nous avons des nouvelles de Morgane et Loïc qui sont un peu au Nord, à Villa Cerro Castillo où ils ont visité les Capillas de Marmolles que nous avons déjà visitées à l’aller. Cela se peut donc que nous les recroisions en train de faire du stop 🙂

Effectivement…. Ils sont là et montent donc avec nous et nous sommes ravis de tous nous retrouver !

Aujourd’hui nous roulons car nous voulons atteindre la  ville de Coyhaique afin de trouver un lieu pour faire Noel. Nous y arrivons vers 17h et nous partons faire les courses.

2 jours avant Noel, c’est un peu comme en France, le supermarché est surchargé de monde ! Une horreur ! En revanche, rien ne nous plait.. pas de nourriture comme chez nous. Mais où est donc passé le foie gras, le saumon …. ?????!!!! nous prenons 2/3 trucs mais reviendrons demain car nous ne sommes pas du tout inspirés !

Direction un camping que nous avons repéré sur Ioverlander mais nous sommes rapidement déçus.. il n’y a pas de salle commune, tout est humide dehors.. on ne se voit pas passer Noel ici.

C’est décidé demain nous bougerons pour trouver quelque chose de mieux !

Nous nous couchons en lisant des informations sur Internet comme quoi la route au nord (qui rejoint  Esquel  en Argentine) a été coupée à cause de graves inondations et qu’elle ne sera pas rétablie avant plusieurs semaines ! Va falloir trouver une autre solution…

24 décembre

Aujourd’hui c’est le réveillon de Noel et nous ne savons pas encore où nous allons le faire ! 9h nous retournons au supermarché, mais cette fois-ci la liste est précise !

Passage à la banque mais Morgane se fait avaler sa CB !! Oh la galère !!!

Nous prenons ensuite la direction de Puerto Aysen et avons repéré un camping au bord du Rio Simpson qui a l’air sympa avec une chouette salle commune pour le réveillon !

Le camping s’appelle La Torres Del Simpson et nous sommes accueillis par Natcho (un espagnol vivant ici depuis 18 ans) et sa femme Sandra. Un super accueil et un lieu fort sympathique.

Nous passons notre après-midi dans la salle commune où nous préparons notre réveillon et où nous profitons d’avoir une grande cuisine à disposition.

Nous nous renseignons également sur quels moyens nous avons pour continuer vers le nord, malgré la route fermée ! Pas beaucoup de solutions : nous devons passer par l’ile de Chiloé (déjà faite à l’aller !!) et pour cela prendre un bateau que nous réservons aussitôt pour le 28/12.

Les enfants de leur côté sont très excités par le passage du père Noel et lui prépare des dessins.. Notre repas de réveillon se fera autour d’un gros apéro et de crêpes que nous partagerons avec Natcho qui est seul ce soir.

Les enfants auront le droit à un dessin animé dans Fastoch avant de s’endormir pendant que nous profiterons entre adultes.

Loïc et Natcho sortiront les guitares et nous vivrons un magnifique moment autour du feu à chanter.

28

25 décembre

Et voilà c’est Noel… un jour tellement particulier.. le réveil est marqué par un pincement au cœur. La famille manque tellement !!

Mais les enfants nous redonnent vite le sourire au réveil ! et oui le père noël est passé et a laissé plusieurs cadeaux sur la table dans Fastoch !

Il a moins amené qu’en France mais cela ne dérange aucunement les enfants, ils sont ravis ! C’est parti pour le déballage, légo, voitures etc…

Nous avons également le droit à la visite de Natcho et sa femme car le père noël leur a livré une peluche à nos enfants chez eux 🙂

Aujourd’hui, comme à son habitude, il pleut !! mais nous profitons de la salle commune tous ensemble autour d’un bon repas à midi.

Nous profitons également de mettre à jour le site, faire le tri des photos et surtout appeler nos familles…

A l’heure du goûter, nous avons le droit à un cours sur l’histoire du maté donné par Natcho. Moment très intéressant.

Le maté est une boisson chaude à base de plantes, mais c’est surtout un moment pour « compartir » (partager). Ainsi nous nous partageons une tasse de mat, que nous buvons grâce à une sorte de paille en métal dénommée « bombilla » et qui passe de mains en mains. Mais attention, celle-ci doit toujours repasser par Natcho (ici le gestionnaire du maté) afin qu’il refasse le plein d’eau entre chaque convive. Et pas question de garder la tasse trop longtemps à la main, Natcho nous rappelle à l’ordre. Idem pour lui, s’il est trop bavard, nous sommes en droit de lui dire « Maté tsssss » signifiant « et oh tu m’oublies ! ». Et si je n’en veux plus ??? il suffit de dire « gracias » (merci) à Natcho lorsque nous lui rendons la tasse et ainsi le tour suivant il ne nous servira pas. Et si un client arrive ?? et bin tant  pis pour lui, il attendra que nous ayons terminé. Le maté s’est sacré !..

Fin de journée tous ensemble et soirée tranquille.

26 décembre

Ce matin nous profitons pour ranger un peu Fastoch car nous partons dans la matinée. Le soleil est revenu, enfin !! Encore quelques moments partagés avec Natcho, visite de sa serre… Il nous apprend également une expression chilienne afin de ne pas passer pour des Gringos (étrangers !) : dans un magasin pour demander le prix il faut dire « cuanto lucas son ? » (un lucas = 1000 pesos) et ainsi nous nous ferons pas avoir sur les prix J OK on retient !

Midi, il est temps de partir après les adieux ! Nous avons toujours Morgane et Loïc qui nous suivent jusqu’à l’ile de Chiloé.

Après 30 minutes de route, nous nous arrêtons pour bivouaquer au bord d’une rivière au sud de Minahuales. Une plage en sable, nous devrions y être bien !

Les enfants jouent dehors, nous sortons la table, repas à l’extérieur après plusieurs jours enfermés !

Nous profitons de l’eau pour faire le ménage de la soute et les lessives. Je vous passe le passage où je glisse du rocher pour remplir mon seau et que je finis à l’eau !

Morgane de son côté  se remet dans ses cours.. et oui elle est étudiante en médecine !

Le soir nous dégustons une truite tous les 6 dans Fastoch et nos 2 jeunes amis regarderont un film dans leur tente, sur la TV des enfants… plusieurs mois sans film, ça fait du bien !

27 décembre

Encore un gros dodo et nous nous réveillons avec un peu de soleil. Les enfants partent jouer dans le sable et Loïc se joint à eux pour faire un château de sable.

Mais la pluie fait vite son retour et nous mangerons dehors, mais sous le store de Fastoch.

Après les repas, nous faisons le plein d’eau avec la rivière et les tchouls plient leur tente sous la pluie, un vrai bonheur pour eux ! et nous prenons le départ pour Puerto Cisnes où nous devons prendre le bateau demain matin.

A 17h, nous faisons une pause au bord du Rio Cisnes afin que les garçons pêchent un peu, malgré une forte pluie ! Pendant ce temps, je reste avec Morgane et les enfants à l’abri et nous regardons le DVD des Alphas afin de faire un peu d’école. Après 1h de pêche, les garçons reviennent bredouilles ! Ils n’ont pêché que des petites truites qu’ils ont relachées.

On reprend la route et nous voilà à Puerto Cisnes vers 19h. Stop à la Naviera Australe (compagnie maritime) pour imprimer les billets du lendemain, quelques courses et nous bivouaquons à proximité du port dans un parc où il est noté que le camping est interdit.. mais nous ne trouvons pas d’autre endroit où nous pouvons poser une tente. Et pour changer, il pleut des cordes !!

Nous ne nous couchons pas tard car le lendemain nous devons être à 9h au port.

28 décembre

Il aura plu toute la nuit et nos compagnons de voyage ont dû avoir une nuit difficile sous la toile de tente ! il est 8h et ils ne sont toujours pas réveillés, nous allons vite les voir ! Le garde du parc leur dit qu’il est interdit de mettre la tente ici, ils démontent vite et on décolle.

De notre côté le réveil  n’est pas mieux : la pompe à eau ne fonctionne plus et les feux sont restés allumés sur Fastoch et nous n’arrivons pas à les éteindre !!

Passage à la boulangerie et direction le port où il y a beaucoup de camions. Pendant l’attente de l’embarquement, Marc vide la soute (sous la pluie !!) afin d’accéder à la pompe à l’autre pompe à eau de secours qui est dans la malle et il la change !

En revanche, pour les feux pas de solution.. nous montons dans le bateau et débranchons la batterie moteur !

Nous montons nous installer dans les fauteuils, nous prenons tous les 4 le sirop pour le mal de mer et nous voilà partis. Nous espérons que, contrairement à l’aller où nous avons voyagé de nuit, nous pourrons avoir une belle vue sur les fiords. Mais malheureusement, le brouillard s’installe et la vue est bouchée !

39

Les enfants ne sont pas facilement tenables dans leurs sièges, ils regardent les films / dessins animés, mais en espagnol !

Midi nous mangeons des sandwichs et Marc et Tom descendent se reposer dans Fastoch. Nous les rejoignons un peu plus tard avec Chloé et ferons une petite sieste.

Nous remontons dans le bateau à l’heure du goûter, mais nous sommes en plein mer et nous le sentons vite.

20h30, Marc est  brassé et nous redescendons nous reposer avant l’arrivée prévue quelques heures plus tard.

23h, les enfants n’ont pas réussi à s’endormir, nous voilà arrivés au port de Quellon où nous débarquons.

Nous partons bivouaquer au bout de la panaméricaine, comme à l’aller, mais pas possible de monter  une tente ici, nous posons Morgane et Loïc dans un camping et viendrons leur dire au revoir le lendemain matin avant de partir.

29 décembre

8h30, réveil. Il a plu toute la nuit, encore et encore… la pompe à eau a encore du mal, les  feux sont toujours allumés, le linge toujours pas sec depuis 2 jours… le moral commence à en prendre un coup !!

Moment de réflexion et nous décidons de tracer et de rejoindre l’Argentine où la météo est plus clémente et où nous souhaitons commencer l’année.

Nous passons au camping et les copains ont remballé leurs affaires et nous demandent si nous pouvons les poser à Castro un peu au Nord, pas de souci, montez ! Nous y sommes à 11h30 et voilà le moment des Au revoir… nous avons passés de forts moments avec eux et nous avons un pincement au cœur en les quittant !

Nous revoilà tous les 4 et nous traversons l’ile en quelques heures et atteignons le nord vers 13h afin de prendre le bateau pour 20 minutes de traversée.

Nous passons vers Puerto Month et nous nous arrêtons à l’heure du gouter à Osorno où nous souhaitons faire recharger le gaz. La 1ère station nous refuse, las 2ème est OK mais cela est long et ils n’arrivent pas à nous remplir la totalité de la bouteille !

Il est temps de faire quelques courses et pendant ce temps Marc réparera la fuite d’eau..

18h30,  il pleut toujours et nous reprenons la route en direction de l’Argentine. Nous faisons une pause pour le bivouac en fin de journée à Entre Lagos au bord d’un lac, avec encore et encore la pluie !

30 décembre

Ce matin le soleil est là, enfin !!! Les enfants en profitent pour jouer à l’air de jeux à côté du lac.. Marc de son côté répare les feux qui restent allumés, cela vient de la prise pour la remorque…

Nous partons vers 11h pour la frontière et avons des nouvelles des Globe trotters du Doubs qui sont du côté argentin et  se dirige au Chili.. nous devrions les croiser sur la route !

Midi, nous voilà au Paso cardenal Antonio Samore, mais c’est les vacances et nous voyons qu’il y a beaucoup de monde, surtout dans l’autre sens !! Le passage de frontière durera finalement que 30 minutes ouf !

Nous voilà de nouveau en Argentine après un passage dans la montagne et 40 km de Zone franche avant le passage en douane argentin. Pause repas et nous ferons les papiers après, mais cela ne prendra finalement que 30 minutes.

 

 

Patagonia Argentine

Mercredi 29 Novembre 2017

Nous entrons une nouvelle fois en Argentine par la ville de Chile Chico au Chili et la ville de Los Antigos en Argentine. Le passage de douane s’est bien passé, il est beaucoup plus simple de sortir du Chili que d’y entrer ! Ils nous ont juste pris un œuf et une carotte..

Nous voilà quelques kilomètres après dans la ville quasi déserte de Perito Moreno (à ne pas confondre avec le glacier Perito Moreno plus au sud) à la recherche de gaz pour notre bouteille argentine. Ouf trouvé !!

Nous prenons la direction du sud et nous bivouaquons 60 km plus loin dans des terres colorées à côté de cuevas de los manos où nous dégustons des filets de truites saumonées.

Notre soirée se fera autour d’une carte sur la réflexion de l’itinéraire : noël à Ushuaia ou le Dakar à San Juan  ? Nous optons pour accélérer un peu la route et remonter mi-janvier pour le Dakar en Argentine.

30 Novembre

Nous avions prévu un départ tôt mais nous ouvrons les yeux qu’à 8h ! Départ 15 minutes plus tard, les enfants encore dans le lit. Nous avons 600 km pour rejoindre El Calafate (glacier Perito Moreno). La route est plutôt désertique mais asphaltée, du moins au début ! Nous empruntons ensuite une piste de 150 km qui nous remplit de poussière !

Je conduis un peu (3h) pour prendre le relais car Marc en a marre. Nous faisons la pause gasoil à Tres Lagos, il était temps, la réserve venait de s’allumer. La ville est désertique nous continuons notre périple pour arriver à El Calafate vers 17h30 où nous stationnons dans la ville, non loin d’une wifi.

Nous y faisons la rencontre de Guy et de sa femme, un couple de retraités de l’Aveyron… échanges sympathiques sur le trottoir. Puis direction les jeux d’enfants où nous ferons dodo .

1er Décembre

Réveil à 9h et les enfants partent vite au parc d’enfants quelques instants puis nous voilà partis pour le glacier Perito moreno où nous devons rouler environ 80 km pour atteindre l’entrée du parc. Sur la route nous prenons 2 auto stoppeurs : un français et un espagnol. Nous voilà à l’entrée, le parc est payant : 500 pesos par adultes (25 €) et gratuit pour les enfants. Midi, nous préparons les sandwichs et parcourons 1.2 km sur la passerelle et le voilà enfin… LE GLACIER !!!

Le Perito Moreno est le seul glacier du monde qui avance encore, il fait partie d’un gigantesque bloc de glace dénommé Hielo Continental Patagonico. Le front du glacier avance régulièrement de quelques mètres, puis s’écroule en respectant un cycle de deux à quatre ans, formant ainsi les icebergs qui flottent sur le lac. Dans un vacarme incroyable, des blocs se détachent du glacier et plongent dans les eaux. A ce bruit ponctuel s’ajoutent les craquements et grommellements incessants du glacier en extension. Les couleurs du glacier changent d’intensité au gré de la lumière.

Nous avions vu énormément d’images, mais le voir en vrai WAHOO ! et surtout les craquements de la glace en préssion !! Nous nous installons sur les bancs et dégustons nos sandwichs et en prenons plein les yeux et les oreilles…

Nous partons ensuite sur les différents circuits qui longent le glacier où nous croisons beaucoup de français.

17h, retour camping-car et direction Calafate. Nous prenons de nouveau des auto stoppeurs : une allemande, un iranien et 2 français.

Nous essayons de faire remplir notre bouteille de gaz française, mais l’usine est fermée ! Plein de gasoil et d’eau et nous finissons la journée vers des jeux d’enfants à El Calafate. Nous sommes tous bien fatigués mais nous en avons plein les yeux !

02 Décembre

Après un départ à 10h, nous retournons à l’usine de gaz mais ils ne font pas de remplissage, nous prenons donc la direction de la frontière chilienne pour le parc Torres del Paine.

A la frontière, nous tombons sur une douanière stricte qui ne laisse rien passer : patates, oignons, pommes de pain prévues pour les décos de noël… tout y passe ! Super nous voilà donc sans produits frais et la mini épicerie du village d’après ne propose aucun fruit et légume…. Pas de banque non plus, nous n’avons quasi pas de monnaie chilienne ! Bizarre cette frontière…

Nous nous dirigeons vers l’entrée Sud du parc où le prix est assez élevée : 25 € / personne !! Mais les autres voyageurs nous ont donné l’astuce : après 21h il n’y a plus personne à l’entrée.. nous rentrons donc à 21h15 et en effet, pas de contrôle !

Nous ferons dodo quelques kilomètres après l’entrée.

03 Décembre

Départ du bivouac vers 9h30 puis arrêt pour voir une cascade… mais beaucoup de bus sur le parking ! Le décor est très beau, surtout la vue sur les Torres (tours)..  Il faudrait partir en randonnée mais avec nos 2 petits loups cela est assez compliqué !

Nous constatons rapidement que ce parc n’est pas ce que nous attendions : certes le paysage est beau mais il est impossible de s’arrêter où nous voulons et encore moins d’y dormir !

Nous continuons la traversée du parc et nous arrivons bientôt à la sortie… nous nous demandons ce que les autres voyageurs y ont fait, certainement des randonnées.

Nous arrivons au bivouac avant la sortie du parc, nous apercevons au loin beaucoup de campings car, fourgons aménagés, voitures… pff nous sommes tous parqués au même endroit, ce n’est pas vraiment ce que nous aimons ! Mais nous apercevons au loin un camping-car ressemblant à celui des Globes trotter du Doubs dont nous n’avions pas de nouvelles depuis plusieurs jours. En effet, il s’agit bien d’eux et les enfants sont excités de retrouver les copains !

Les Globe Trotters sont en compagnie de Nadine et Yann voyageant sous le nom « Escargot breizh tour », 2 retraités adorables dont nous avions déjà bien entendu parler. Ravis de faire enfin leur connaissance.

Comme vous le devinez, la journée se termine par un apéro dehors jusqu’à 21h30.

04 Décembre

Après un Au revoir à Nadine et Yann, nous quittons le parc de Torres del Paine en compagnie des Globe trotters et nous nous rendons à Puerto Natales où nous faisons le plein d’eau et quelques courses. Nous prenons la décision de ne pas prendre le bateau pour la Terre de Feu dans ce secteur car il est assez cher et nous continuons donc en direction du détroit de Magellan. La route est longue et droite… Nous traversons un village totalement abandonné avec une épave de bateau échoué sur la plage.

Mais pour une fois, nous avons le vent dans le dos ce qui fait fortement baisser la consommation de Fastoch !

20h15, après une grosse journée de route, nous arrivons à Punta Delgrada, port d’embarquement pour la Terre de Feu. Nous payons 2000 ps chilien (26 €) pour une traversée d’environ 20 minutes, juste le temps de manger nos sandwichs sur le pont du bateau en admirant le détroit de Magellan       ( vous savez celui qu’on ne place jamais au bon endroit sur une carte ).

Nous voilà sur la Terre de feu, il est tard et nous bivouaquons à quelques kilomètres du port, au milieu des guanacos dans des terres désolées de tout.

26

05 décembre

Au réveil nous constatons qu’il y a beaucoup de vent (chaud) et nous quittons le bivouac vers 10h. Ce matin nous sommes au Chili, mais quelques heures plus tard nous serons en Argentine. Nous passerons la frontière à San Sebastian, aucune fouille.. il y a vraiment une grosse différence avec le Chili !

27

Nous prenons la direction de Rio Grande après quelques réparations sur le camping car des Globe trotters , où nous arrivons vers 17h. Nous nous rendons à un lieu réputé pour la pêche, mais il y a énormément de vent, nous pouvons à peine sortir de Fastoch ! Du coup, pause gouter et nous reprenons la route pour une centaine de km.

19h, nous voilà à Tolhuin où nous mangeons des empanadas dans une grande Panaderia (boulangerie)… ils sont réchauffés au micro-ondes, on a connus meilleurs ! Nous roulons ensuite 15 km pour bivouaquer au bord d’un lac.

28

21h30, tout le monde au dodo, mais il fait encore jour !

06 décembre

Ce matin nous avons 90 km pour rejoindre la ville d’Ushuaia. Nous traversons les montagnes où nous avons quelques flocons de neige ! Les paysages sont très beaux.

29

Nous apercevons le panneau d’Ushuaia, nous voilà enfin dans la ville la plus australe du monde ! Je crois que nombreux voyageurs ont rêvé d’atteindre cette terre égarée et mythique.

30

Pause remplissage gaz et direction le centre pour le repas de midi. En nous approchant du centre, nous découvrons une ville sans grand charme, mais dotée d’un grand nombre d’infrastructures.

Nous nous installons sur le grand parking proche du port et de l’office de tourisme où nous allons faire un tour pour avoir des informations et faire tamponner nos passeports.

Nous emmenons ensuite les enfants dans un magasin de jouets afin qu’ils puissent préparer leur liste au père Noel.. agitation assurée !!! Nous avons eu le droit à un grand nombre de « Je veux ça ».. mais nous leur avons bien expliqué que le père noël n’amènerait pas grand-chose en Amérique du Sud. Pendant que nous sommes en  mode fêtes de fin d’année, nous enchainons par un magasin où nous achetons un petit sapin et quelques décos.

33

Petit coup de téléphone à tonton Julien pour son anniversaire.. les enfants échangent quelques mots avec leurs cousins / cousines. Wahoo qu’ils ont grandis et qu’ils nous manquent !!

Nous ferons un apéro avec les Globe trotters du Doubs dans Fastoch et enchainerons par la décoration du sapin et de Fastoch. Les enfants sont bien évidemment surexcités !

34

07 décembre

Une nuit dans le centre d’Ushuaia c’est loin d’être reposant, le réveil n’est pas facile. Nous partons ensuite nous promener dans la ville et visiter la caserne des pompiers. Un chouette moment partagé avec les enfants.

En début d’après midi, nous nous rendons au parc National Tierra del Fuego qui se trouve à 12 km plus bas. Car nous avons quand même envie d’aller au bout du bout du monde !!

Le parc se situe à la frontière du Chili et le long du canal de Beagle (encore un truc qu’on ne place jamais au bonne endroit sur la carte) , et à pour superficie  63 000 ha

L’entrée nous coûte 350 pesos (17 €) pour 3 nuits maximum. Nous comprenons que nous ne sommes autorisés à stationner que sur les emplacements réservés, et nous nous installons donc sur un bivouac libre en bord de rivière.

08 Décembre

Ce matin les enfants feront du vélo, nous sommes au calme ici, seulement quelques mini bus passent sur la route. Moi je ferais quelques lessives et Marc refixera le marche pied de Fastoch.

Le paysage du parc est marqué par l’introduction de castors après la seconde guerre mondiale, dans le but de commercialiser sa fourrure. Mais le bilan est un échec car les castors, qui se reproduisent beaucoup trop vite, ont réalisé de gros dégâts au niveau de la végétation et dépeuplent le parc de ses arbres.

Nous prenons ainsi la direction de la Castoreria, lieu où nous devons apercevoir des castors. Petite balade mais rien !! Nous n’aurons du coup pas vu l’invasion de ces rongeurs… Mythe ou réalité ?? Les dégats eux sont bien visible. Nous enchainons sur une promenade dans le parc d’environ une heure.. le bout du bout, nous le voyons enfin !!

Retour à Fastoch à 14h, il est temps de manger et de partir ensuite sur un autre bivouac en bord de rivière, réputé pour être le plus beau du parc. En effet, nous ne sommes pas déçus, le coin est splendide. Des chevaux sauvages de partout traversant la rivière pour fuir dès que nous approchons.

Fin de journée avec un apéro avec les Globe Trotters et Roberta (une brésilienne voyageant seul)  après avoir cuisiner des fougasses et des empanadas.

Ce soir nous allumons les bougies sur les fenêtres, tradition lyonnaise oblige !!

09 décembre

Ce matin nous profitons de notre bivouac tranquille et nous décampons en début d’après-midi pour rejoindre le centre d’Ushuaia.

Nous retournons sur le grand parking et les papas partent faire les achats de Noel, pendant que les mamans promènent les enfants. Mission faite !!

10 décembre

Encore une nuit en centre-ville et les cernes sont de nouveau là ce matin ! Ce matin nous quittons Ushuaia pour une plage au Nord de la ville. C’est ici que nous rencontrons la famille française « La cabana en el camino » composée de François, Stéphanie, Titouan (15 ans) et Montaine (11 ans). Nous sommes émerveillés par leur maison sur roues ! Elle a été conçue par François, gérant de « Histoire de cabane », une vraie réussite.

Nous passerons l’après-midi sur la plage au soleil avec le vent patagonien. Nous ramasserons des moules, mais les locaux nous diront qu’ici elles en sont pas comestibles ! OK on les relâche…

Ce soir c’est repas (empanadas faits maison) entre adultes dans le camping-car de « Cabana en el camino » et les enfants devant un dessin animé dans Fastoch.

Dodo à 23h30, à la tombée de la nuit !!!

11 décembre

Ce matin Titouan nous apporte des crêpes pour les enfants, ils sont ravis ! Nous enchainons par 30 minutes d’école et nous partons, seuls. 60 km de route puis pause repas au bord d’un lac. Tom y fera une grosse chute, peut être voulait il gouter la terre.

Nous avons ensuite 150 km pour arriver à Rio Grande vers 18h où nous profitons d’une laverie pour laver nos draps. Nous passerons la nuit au bord de la plage à la sortie de la ville. La marée y est énorme 11km de recul pour l’océan atlantique, au petit matin nous verrons même plus celui-ci.

12 décembre

Cette nuit nous avons eu beaucoup de vent (et de voitures !)… départ 10h pour la frontière du Chili vers midi. Fouille à l’intérieur du camping-car, mais nous avons caché les produits frais. Nous avons remarqué que les douaniers ne fouillaient jamais dans les affaires des enfants.. c’est donc la meilleure cachette. Nous déclarons tout de même toujours que nous avons des produits d’origine animale ou végétale, comme ça nous ne risquons pas d’amende !

13h, nous arrivons au parc des Pingouins Rois, à l’ouest de l’ile en dessous de Porvenir. Sur le parking nous retrouvons les Globe Trotters qui ont dormi sur place, leur camping car (RIO) a subi les assauts  de la route boueuse, il est entièrement marron. Chouette visite de la pingouineria, mais nous les voyons de loin et les enfants ont du mal à apprécier !

16h, nous voilà à Punta Espora (au nord de Cerro Sombrero) pour embarquer sur le bateau qui nous sort de l’île. 20 minutes de traversée pour environ 30 € !. Vous savez toujours sur le canal de Beagle.

69

Fin de journée, nous bivouaquons à Punta Delgada où nous retrouvons les Globe Trotters (dont le camping-car est toujours bien sale !).

70

13 décembre

Départ en milieu de matinée sans les Globe Trotters et arrivée vers 13h à Rio Gallegos. Nous nous installons au bord d’un rio, mais pas d’eau.. la pêche va être difficile !

En milieu d’après midi nous faisons les courses à Carrefour ( !!) et prenons la route pour 50 km pour un bivouac au bord de rivière, avec de l’eau cette fois-ci ! Lavage de Fastoch avec les enfants, lessives et nettoyage de la soute ! Le tout au milieu des canards et oies sauvages.

14 décembre

Cette nuit nous avons eu beaucoup de vent alors nous ne restons pas. Nous prenons la Routa 3 afin de rejoindre le côté ouest de l’Argentine.

Nous mangeons à Esperanza au milieu du pays et repartons sur la route. Cette fois-ci c’est moi qui conduit, la route est droite, monotone… Marc se repose et regarde un dessin animé avec les enfants. Il y a beaucoup de vent et nous ne dépassons pas les 70 km/h afin de ne pas consommer. Décidément la Patagonie argentine du centre du pays n’est pas extraordinaire.

71

18h30, nous voilà enfin à El Chalten mais nous avons le droit à quelques averses ! Les enfants sortent quand même se défouler aux jeux d’enfants et nous bivouaquons à l’entrée de la ville.

El Chaltén, « la montagne qui fume » : c’est ainsi que les indigènes Tehuelche baptisèrent cette montagne souvent cachée par des nuages permanents. Ce massif montagneux a sa vedette, l’emblématique mont Fitz Roy.

15 décembre

Ce matin c’est Pan cakes et Tom perd sa 1ère dent au cours du petit déjeuner.. Malgré quelques pleurs, il est très fier !

Il a plu toute la nuit et la journée s’annonce pareil.. Nous resterons dans le centre-ville à occuper les enfants et à profiter du wifi.

Le secteur est réputé pour ses trekkings, mais avec cette météo c’est compromis ! Ouf ils annoncent beau demain..

Et comme la journée était trop calme, nous voilà avec un souci de pompe à eau ! De l’eau de partout par terre… et une pompe à eau à démonter !! Marc y passera 2h pendant que j’occuperai les enfants au parc de jeux.

Nous pensons que notre pompe à eau est affaiblie à cause du filtre à eau que nous avons installé, mais une fois de plus, Marc répare et c’est reparti !

16 décembre

Ce matin nous avons mis le réveil à 8h car nous avons prévu de marcher. Petit déjeuner, stop à la boulangerie et départ pour la randonnée vers 9h30. Nous avons repéré un circuit de 4 km de montée, soit 8km aller / retour. Les paysages sont magnifiques et les enfants grimpent bien. En revanche, nous sommes surpris par le monde qui nous double régulièrement ! Les touristes ne font même pas l’effort de dire bonjour dans la langue du pays hôte.

Nous voilà arrivés vers 12h au bord du lac où nous essayons de voir le sommet du Fitz Roy qui a du mal à se dégager. Nous mangeons nos sandwichs avec une vue plutôt sympa (au bord d’une lagune devant le glacier au pied du Fitz roy).

 

13h, il est temps de prendre la route du retour ! 90 minutes plus tard, nous retrouvons Fastoch. Nous sommes fiers de nos petits qui ont vraiment bien marché !

Petite pause dans le centre pour la wifi et direction Tres Lagos au nord pour le plein de gasoil. Nous repassons par la piste que nous avions déjà prise à l’aller (en même temps nous n’avons pas d’autre choix !!) et bivouaquons au bord du Lago Cardiel au sud de Gobernador Gregores. La route d’accès n’est pas facile, mais comme à son habitude, Fastoch assure ! Nous avons une belle vue sur les flamands roses.

Repas empanadas et au dodo.

17 décembre

Après le réveil, Marc entend du bruit dans le moteur, sorte de ventilateur qui tourne et le régulateur affiche une consommation électrique anormale. Il essaye de mettre le contact du moteur mais un message « Anomalie moteur » et impossible de démarrer ! Marc ouvre ensuite le capo et en effet un ventilateur tourne… il débranche la batterie et la rebranche afin qu’il s’arrête. Il a donc trouvé ce qui a consommé de l’énergie !! Nouvelle tentative de démarrage, Fastoch démarre mais avec peine… Ouf on n’est pas coincés au milieu de nulle part..

Nous décidons de remonter un peu le chemin car le vent se lève et nous craignons qu’il recouvre le chemin de sable. Nous mangeons ici à midi en plein vent,qui soulève une quantité de sable énorme ,  nous avons bien fait de remonter un peu !

Nous partons en début d’après-midi pour rejoindre la ville de Gobernador Gregores avec le vent dans le dos. Cette fois-ci nous préférons passer par cette ville, cela nous fait un petit détour mais la route est meilleure !

15h, nous voilà à la ville « fantôme » de Gobernador Gregores et nous nous dirigeons vers la station service alors que nous sommes toujours en plein vent. Nous pouvons y faire le plein d’eau et en profitons pour faire tourner une lessive… mais c’est là que le drame arriva !! En voulant vidanger la machine, Marc l’échappe sur les toilettes et elle tombe sur la tirette des toilettes qui se casse ainsi en 2 !! Cette petite pièce en plastique est essentielle au fonctionnement des toilettes… c’est officiel, nous sommes dans la ME… ! l’ambiance se tend d’un coup dans Fastoch…

Bon on ne peut pas rester à la station-service, on bouge vers à bivouac repéré en bord de rivière… Marc se lance ainsi dans la fabrication d’une copie de la pièce en plastique. Il trouve d’abord un morceau de bois et façonne la pièce avec sa Dremel. Après une heure de travail, on teste.. nickel ca rentre mais c’est trop fragile et ça se casse ! Bon il va falloir trouver autre chose… l’avantage c’est qu’ici, avec tous les déchets qui trainent, on trouve souvent de la matière 1ère.. quelques fouilles plus tard, nous trouvons du métal et c’est reparti pour la fabrication.. la Dremel souffre mais Marc réussi à fabriquer sa pièce. La 2ème tentative est la bonne, ouf les wc fonctionnent de nouveau !!

79

C’en est assez pour la journée !!!

18 décembre

Ce matin nous retournons dans le centre du village pour y faire quelques courses et une tentative de chargement de la bouteille de gaz. Nous passons devant la station service de la veille et y apercevons des auto stoppeurs, nous verrons s’ils sont toujours là au retour.

Nous nous dirigeons vers le point gaz inscrit sur Ioverlander, mais le monsieur est en vacances. Quelques courses plus tard, nous passons à nouveau devant la station et les pousseurs sont toujours là, et ce sont des français !

80

Ils sont 4, nous les prenons.. ils sont ravis car étaient coincés dans ce bled en plein vent depuis un moment. Nous faisons ainsi la connaissance de Marine et Arnaud et de Loïc et Morgane. Nous sommes donc 8 dans Fastoch et roulons un moment avant la pause repas.

Nos compagnons ont prévu de continuer à monter en Argentine, alors que nous prenons la direction du Chili … après un temps de réflexion, Loic et Morgane nous demandent si finalement ils peuvent continuer avec nous. Nous laissons donc Marine et Arnaud à Bajo Caracoles, en espérant qu’ils auront vite un véhicule.

81

Nous voilà donc 6 et nous prenons la direction de l’ouest et bivouaquons au bord du lago Ghio. Nous ferons le repas tous ensemble à l’intérieur , après une petite visite des alentours où nous trouverons pleins d’ossements de vache et guanaco au bord d’une petite source.  Loïc et Morgane monteront la tente à l’abri du vent de Fastoch.

DCIM100MEDIADJI_0025.JPG

19 décembre

Nous quittons les lieux vers 10h, il nous reste 50 km de piste avant la douane. La route n’est pas simple, mais les paysages sont splendides… Nous voyons beaucoup de guanacos, nous longeons des rivières et lagunes pleines de canards… Pause repas un peu avant la frontière, il faut finir les produits frais. Loic aura un petit coup de cœur pour une estancia pleine de moutons prêt à être tondus. Il nous expliquera que cela lui rappel son enfance passé chez son oncle.

Après un passage à la douane où nous discuterons un peu avec le douanier qui nous expliquera qu’ ils vivent en totale autonomie pendant les 6 semaines les plus rudes de l’hiver. Nous posons une nouvelle fois les pieds sur le sol chilien que nous avons tant aimé précédemment.

 

Chili – De Pucon à la Carretera Austral

Lundi 06 Novembre 2017

Nous entrons pour la 1ère fois au Chili par la frontière à côté du Volcan Lanin (3776 m) qui est enneigé. Tous les voyageurs nous ont averti que l’entrée au Chili est stricte au niveau contrôle sanitaire et que les produits frais sont interdits. Nous avons donc vidé notre frigo et nous avons le droit à un petit contrôle à l’intérieur mais aucun souci.

1

Nous partons à la recherche d’une ville afin de faire le plein de nourriture et de retirer de l’argent chilien (pesos chiliens). Notre entrée au Chili sera marquée par une différence remarquable au niveau des infrastructures : les routes sont en très bon état, la signalisation également… nous voyons que l’état n’a pas les mêmes moyens qu’en Argentine.

Nous nous rendons dans la ville de Pucon, l’un des principaux sites touristiques du Chili, sorte de village vacances plutôt calme à cette période. Rues commerçantes animées, un peu snob sur les bords.

Nous voyons le camping-car des Globe Trotters du Doubs. Nous nous stationnons à côté de lui, personne à l’intérieur, direction les courses on se retrouvera plus tard. Nous souhaitons prendre une carte SIM locale mais tous les vendeurs nous disent que nous devons avoir un téléphone chilien pour que cela fonctionne… tant pis nous verrons plus tard.

Nous retrouvons les copains et comme à chaque fois, les enfants sont ravis (et les parents aussi bien sûr !) Direction les bords du lac Villarica où nous ferons l’apéro dehors tous les 8 jusqu’à 21h. Et oui nous en avons des choses à nous raconter !!

Repas chacun dans sa maison roulante, et au même moment nous entendons un Toc toc toc… une dame chilienne qui habite en face et qui nous offre du chocolat et du vin. Merci beaucoup !! les gens nous surprennent souvent par leur générosité ! et le chocolat, nous n’en avons pas mangé depuis des mois alors il est fort apprécié.

07 novembre

Après un réveil à 9h, je fais l’école aux enfants pendant que Marc se rend avec Jimmy à un magasin de pêche. Le Chili est réputé pour la pêche à la truite (un peu plus au sud), alors les garçons souhaitent s’équiper.

En fin de matinée, nous partons explorer les pentes du volcan Villarica (2847 m). Il est possible d’explorer le sommet du volcan mais le coût est élevé, et cela ne se fait pas avec les enfants ! Nous nous contenterons de louer des luges et de glisser comme des gosses à 1700 m d’altitude ! Malgré le brouillard, les enfants sont ravis, les parents aussi, nous sommes trempés mais les sourires sont là. Nous avons tout de même été au pied d’un volcan actif… Papi, mamie, papou et mamou NO STRESS on fait bien attention à vos petits 🙂

16h, retour à Pucon pour le goûter pendant que Marc fait le tour des boutiques pour trouver une carte SIM… Une heure après il a enfin trouvé une boutique Claro (prestataire mobile) qui lui a débloqué une carte..

Nous prenons ensuite la direction de la rivière… mais après avoir tourné un moment, nous ne trouvons pas d’accès. Nous regardons le plan et voyons qu’il y a un endroit où la rivière doit être accessible. C’est parti pour les 2 campings car… un pont sur notre passage qui n’a pas l’air très solide.. ça passe… une branche qui gêne, on la soulève.. ça passe… de la boue… ça passe… et nous voilà au bord d’une rivière bien jolie avec vue sur le volcan !! Aller les enfants on enlève les chaussures et on trempe les pieds ! Nous passons du matin les pieds dans la neige au soir les pieds dans l’eau !

PHOTOS 4 – 5

Les garçons partent pêcher à la mouche et nous prenons l’apéro au soleil. Le repas se fera à l’intérieur et sera interrompu par un 4×4 qui traverse la rivière devant nous !! et oui, en Amérique du Sud nous assistons souvent à ce genre de scène ! Sortent du véhicule, 2 filles françaises et un chilien… quelques échanges bien sympas et au dodo

08 novembre

Chouette nuit au bord de cette rivière et le réveil est plutôt agréable avec le bruit de l’eau qui coule. Il fait très beau, nous partons faire une petite balade sur la plage pour admirer la belle vue sur le volcan.

Jimmy et Céline n’ont plus de gaz alors nous prenons la direction du centre de Pucon. Mais, comme nous, ils ont une bouteille française et une autre argentine. Il faut donc trouver quelqu’un qui fasse des recharges de bouteilles… Nous nous rendons à un grand magasin de bricolage (style Castorama) afin d’acheter des planches pour consolider le dessous de Fastoch. Marc répare souvent mais fait en sorte que ce soit plus solide qu’avant afin d’avoir le moins de souci possible.

En attendant, toujours pas d’information pour le gaz, nous leur prêtons du coup notre bouteille française et nous verrons plus tard pour la faire recharger.

Repas sandwich sur le parking du supermarché et direction Ojos del Caburga, un lieu à quelques kilomètres, un étang avec un jeser. Nous voilà arrivés, l’entrée est payante… et surtout pas de jeser !! simplement une petite cascade… Bon on s’est fait rouler, tant pis les enfants se défoulent.

On repart et nous nous rendons à Playa Blanca, réputée pour son sable blanc. Mais nous ne trouvons pas d’accès à la plage, il s’agit que de lieux privés ! Demi tour, et cette fois-ci nous allons à la Playa Negra. Bon le sable n’est pas vraiment noir mais ça ira pour la fin de journée et nuit. Il est 15h30 et nous avons envie de nous poser après plusieurs échecs.

Il fait soleil, nous sortons table et chaises, les enfants jouent dehors et les papas pêchent. Les mamans font même une tentative de bracelets en macramé, pas toujours une réussite, mais cela permet de décompresser un peu pendant que tout le monde est à son occupation.

La journée se terminera par un bel apéro au soleil en écoutant de la musique.. ambiance au top.

Et une fois les enfants couchés, les parents joueront dehors au Times Up jusqu’à 1h du matin, fous rire garantis.. Le Malbec y est aussi certainement pour quelque chose !

10 novembre

Après un moment d’école, nous quittons les lieux vers 10h30 et prenons la direction pour des thermes. Nous y faisons la pause repas et allons nous baigner après. Il y a 2 bassins dans la roche au bord d’une rivière.

11

Nous profitons de quelques heures de détente (pas toujours évident avec les enfants) et reprenons la route vers 15h30 pour Panguipulli. Nous avons eu des nouvelles de nos amis Un ptit pneu plus loin qui remontent du sud et nous nous sommes donné RDV pour ce soir un peu après Panguipulli en bord de lac. Nous sommes ravis de retrouver nos amis voyageurs et passons un sympathique fin de journée à échanger. Pierre, Hélène et Romane ont visité Ushuaia, le Perito Moreno, l’ile de Chiloé etc… et sont une mine d’informations.

La journée se termine par un barbecue avec les 3 familles et un dodo vers 23h30 car il commence à faire frais.

11 Novembre

Réveil à 8h avec 14 degrés dans Fastoch alors ce sera Pan cakes pour nous réchauffer. Marc sort de bonne heure pour pêcher et Hop une truite de 40 cm en 10 minutes… et voilà la 1ère truite de pêchée !14

Les enfants, de leur côté, jouent sur la plage et font les aventuriers. Marc et Jimmy partent en canoe pour tenter la pêche sur le lac mais ils sont de retour vers midi bredouilles… et oui, ça ne peut pas fonctionner à tous les coups !

Pendant ce temps, je m’attèle au plein d’eau de Fastoch et aux lessives.. un pur plaisir !

Aujourd’hui les activités seront variées : pêche, lessives, Pierre répare le plancher de son camping car, les enfants jouent les pieds dans l’eau, les mamans au Rumikub, opération coiffeur pour Tom suivi d’un lavage dans le lac (oups c’est froid !)…

Et le repas du soir se passera autour de la truite cuite en papillote au barbecue… Huumm un délice, merci au pêcheur !

19

Nous finirons la soirée avec Pierre et Hélène à profiter car c’est notre dernier soir ensemble et nous savons que nous ne nous reverrons pas avant notre retour en France.

20

12 novembre

Nous quittons notre bivouac vers 10h30 après les embrassades avec Pierre, Hélène et Romane. Au revoir les amis, il vous reste un mois de voyage, profitez !

Nous prenons la direction du sud pour quelques courses à midi à Rio Bueno puis un bivouac en bord de rivière. Bon ce n’est pas le spot de rêve, c’est dimanche et il y a beaucoup de monde… Mais bon il fait soleil, les enfants peuvent faire du vélo… ça ira bien pour aujourd’hui.

Ce soir nous mangerons à l’intérieur et ferons dodo tôt.

13 Novembre

Aujourd’hui départ pour 10h en direction de Osorno où nous faisons un stop à une usine de gaz pour que les Globe trotters du Doubs remplissent leurs 2 bouteilles. Ils trouvent une usine pour remplir la bouteille Argentine mais pas la Française… c’est parfois la galère ce gaz !! Du coup, ils prennent la direction d’une autre usine et pendant ce temps nous allons chercher un lieu pour midi et nous prenons Valentin avec nous.

Nous nous arrêtons dans un parc et Valentin veut faire du vélo mais avec celui de Tom qui a des pédales. Il nous dit qu’il veut apprendre, alors c’est parti on baisse la scelle… et en 5 min le voilà pédalant au milieu du parc ! Pas de doute il était prêt… mais oups papa et maman ne sont pas là.. Il leur fera donc la surprise à leur arrivée.

Pendant ce temps, Marc part pêcher dans la rivière à quelques mètres d’ici et revient en 5 minutes avec une truite !

Repas dehors tous ensemble avec comme sujet principal : que faisons-nous pour la suite de la route ? Les Globe Trotters veulent aller sur l’île de Chiloe au sud, mais Marc est tenté de retourner en Argentine pour la route des 7 lacs que nous avions tant aimée et la météo y parait meilleure. Après quelques instants de réflexion, nous prendrons la décision de descendre nous aussi sur Chiloé et de réduire un peu les kilomètres…

Après le repas, les papas retournent pêcher et cette fois-ci la truite est pour Jimmy !

16h, nous quittons les lieux pour Puerto Montt où nous arriverons à 18h et où nous irons prendre les renseignements auprès de la Naviera Australe pour rejoindre l’ile de Chiloé. Le bateau du nord de l’ile ne se réserve pas car la distance est courte et les bateaux sont fréquents, mais pour sortir de l’ile au sud nous souhaitons prendre un bateau entre Quellon et Puerto Cisnes et là il faut réserver. Nous réservons donc la première date de disponible, le samedi 18, pour la modique somme de 180 € !

Nous prenons ensuite le bac pour Chiloé vers 20h, pour une traversée de 20 min pour 30 €.

Une fois sur l’ile, nous nous dirigeons à l’ouest de l’ile à quelques dizaines de kilomètres, dans la ville de Ancud où nous bivouaquerons au bord du Pacifique. Il est 21h, nous sommes tous bien fatigués, mais nous découvrons le Pacifique pour la 1ère fois.

23

14 Novembre

Réveil à 8h30 après une nuit bercée par l’océan. Nous voilà sur l’ile de Chiloé, 1ère île depuis le début du voyage.

Cette ile fait partie d’un archipel de 40 iles plus petites (dont 35 sont habitées) et la grande ile (sur laquelle nous sommes) fait 180 km du nord au sud et 50 km de largeur pour une superficie de 8 300 km². C’est la 2ème plus grande ile d’Amérique du Sud après celle de la Terre de Feu. On nous a dit qu’ici il pleuvait 300 jours par an.. nous allons vérifier par nous même !

En tous cas, ce matin il fait beau et les enfants jouent à cœur joie sur la plage de cailloux et font du vélo.

En fin de matinée, nous prenons la direction du centre de la ville de Ancud. Nous nous garons sur un parking payant car il est bien difficile de circuler avec Fastoch, et nous nous rendons sur le marché où voyons des étals de coquillages et où nous achetons un gros fromage qui a l’air plutôt bon, ce qui est très rare !

27

Après un tour dans le centre, nous mangeons sur le parking (et oui nous ne faisons pas que des endroits de rêve !!), la truite pêchée la veille et des frites… Un régal !

Passage à la station-service où nous en profitons pour faire le plein d’eau (pas simple à trouver dans ce secteur), nous partons ensuite à la recherche d’un couple Franco – chilien dont nous a parlé la famille Un ptit pneu plus loin qui fabrique des bijoux artisanaux. Nous rencontrons ainsi Elodie et Lalo dans leur maison / atelier avec qui nous passons un long moment à discuter. Je leur prendrais une jolie bague et les enfants seront ravis de jouer avec leur fils dans une vraie chambre remplie de jouets !

Lalo propose aux garçons de faire une sortie en mer le lendemain avec un de ses amis pêcheurs et il nous indique une plage du côté ouest de l’ile pour passer la nuit. Nous nous rendons avec les Globe Trotters du Douds mais, une fois sur place, Valentin est malade et vomi sur Céline ! Ils font demi-tour et de notre côté nous restons un moment. Nous faisons ainsi la rencontre de pêcheurs à qui nous achetons des coquillages et allons nous promener vers une grotte où nous apercevrons des dauphins en route.

19h, nous prenons la route du retour où nous apercevons une maison originale !

30

Nous rejoignons ensuite les Globe Trotters au bivouac de la veille, et apprenons que c’est au tour de Gabriel de vomir… une nuit sympa en perspective pour eux !

De notre côté, notre repas se fera avec les coquillages du jour.

 

31

15 Novembre

Ce matin les Globe Trotters sont en meilleure forme et nous faisons tous un peu d’école. Nous quittons les lieux vers 10h30 pour aller voir un phare, mais déception : rien d’intéressant…

Pause repas sur la plage de la veille avec la grotte (où les Globe Trotters ont fait demi-tour) et direction le centre pour que les papas s’équipent pour la sortie en mer.

Mais nous recevons un email de Elodie qui nous informe que la mer n’est pas bonne (en effet vent et un peu de pluie) et que la sortie n’est pas possible ! Les garçons sont déçus mais tant pis nous continuons donc la route en direction de Dalcahue où nous découvrons un petit port de pêche.

Nous dormirons dans le centre sur un parking (pas ce que nous préférons !!).

16 Novembre

En effet, la nuit a été calme qu’entre 1h et 5h du matin… le reste du temps : chiens, voitures etc…

Réveil à 9h et départ à 10h, sans les Globe Trotters que nous retrouverons plus tard. Nous traversons la ville de Castro qui est la capitale de la province et la ville la plus active et dynamique de l’archipel. Deux raisons qui font que nous ne nous arrêtons pas… juste quelques photos des belles maisons sur pilotis atypiques du secteur.

Mais nous avons envie de nature et nous nous arrêtons vers midi sur une plage au sud de Castro dans les fiords vers Queilen. La marée est basse, il pleut un peu mais tant pis les enfants mettent les bottes et les kway et direction le bord de l’océan pour explorer. Nous passerons ainsi l’après midi entre averses et soleil à ramasser des coquillages, des grosses moules, à pêcher…

En fin de journée les copains nous rejoignent et nous partons avec eux à la cueillette de moules et de palourdes. Les enfants ont adoré cueillir les coquillages « qui crachent sous le sable » !

Ce soir ce sera donc pâtes aux moules.. hhuumm !

17 Novembre

Ce matin il ne fait pas très beau (pluie bretonne !) et nous partons vers 10h30 alors que les copains restent encore un peu pour finir l’école.

Nous sommes en réserve au niveau de l’eau mais nous ne trouvons rien sur la route ! Aujourd’hui nous avons prévu de visiter le parc Tantauco où nous arrivons à 11h30 après une route plutôt difficile d’accès, mais comme à son habitude, Fastoch nous épate !

L’entrée du parc sera de 8000 pesos pour nous 4 (11 €), et après le repas de midi nous partons sur le sentier de 2,7 km dans la forêt.

43

Nous nous retrouvons au cœur d’une jungle (mais sans la chaleur !) avec des passerelles, de la mousse, de la boue (heureusement que nous avions tous mis nos chaussures de randonnée montantes !) et de magnifiques paysages. Pour une fois, les enfants ne se plaignent pas et sont ravis d’escalader ! Nous arrivons à la fin du parcours mais nous comprenons vite qu’il ne s’agissait pas d’une boucle, il faut faire le chemin en sens inverse pour rentrer !! Nous ne sommes pas surs que les enfants auront le courage de tout refaire, alors nous optons pour prendre le chemin / la route qui fait 2 km pour retourner au parking. Nous sommes fiers de nos petits qui ont marché tout le long sans trop râler, et pour la 1ère fois nous n’avons pas porté Chloé une seule fois ! 4,7 km c’est le plus grand parcours jamais fait !

Petit goûter à l’entrée du parc et lavage chaussures, puis nous prenons la direction de Quellon afin d’avoir un peu de réseau et avoir des nouvelles des copains qui devaient à la base nous rejoindre dans le parc. Mais nous soupçonnons que leur camping n’ait pas réussi à faire la route (il s’agit d’un traction alors que nous d’un propulsion). Chloé s’endort peu de temps après le départ… jusqu’à 20 h ! Sur la route nous trouvons enfin une station où nous faisons le plein de gazoil mais surtout d’eau (30 minutes pour remplir le réservoir d’eau !!!) et nous retrouvons les Globe Trotters qui sont à la sortie de la ville de Quellon, en bord de plage au bout de la route PanAmericaine. Le lieu est un peu bruyant (décidément nous n’aimons pas les villes !) et après un apéro tous ensemble sur le bord de plage, nous prenons le repas et au dodo. Chloé aura du mal à s’endormir car mal aux jambes !

18 Novembre

Aujourd’hui nous quittons l’ile de Chiloé en fin de journée. Nous commençons la journée par faire le plein de courses au Supermarché Unimarc (grande enseigne au Chili mais plutôt chère !) et nous achetons un petit cadeau à Gabriel car demain c’est son anniversaire. Tom et Chloé ont aussi le droit à quelques babioles (dinosaures pour Tom et dinette pour Chloé).

Le midi nous découvrons une « spécialité » Chilienne : le compléto = un sandwich avec saucisse tomate et avocat, le tout accompagné de frites pour la modique somme de 4000 ps (5,50 €) pour nous 4 !

Nous retrouvons les Globe Trotters sur le port où nous patientons car nous avons RDV à 14h30 pour l’embarquement prévu à 17h. Le bateau arrive vers 14h, sous la pluie, et le débarquement commence. Nous voyons un fourgon français sortir et il s’agit de Franck, Violaine et leurs filles avec qui nous avions passé une journée à Valdès en Argentine ! Brefs échanges sous la pluie et c’est à notre tour d’embarquer. Nous faisons demi-tour dans le garage du bateau et sommes garés entre les poids lourds.  Nous sommes assez surpris quand nous voyons que l’équipage attache les roues de Fastoch… mais bon nous ne connaissons que les traversées pour la Corse et supposons que cela devrait bouger un peu plus !

16h, direction la cafétéria du bateau où nous découvrons un grand nombre de rangées de sièges et où nous nous installons.

Nous prenons tous les 4 le médicament Nausicalm car nous ne voulons vraiment pas être malades durant cette traversée indiquée pour environ 12h. Le départ initialement prévu à 17h se fera à 17h40 et nous nous occuperons en regardant les films diffusés sur les écrans (en espagnol bien sûr !!)

Nous sommes rapidement en pleine mer et le bateau commence à fortement bouger, et hop on reprend du sirop ! Je n’ai malheureusement pas fait les sandwichs en avance et je dois donc redescendre à Fastoch pour les faire (grosse erreur !)… Le garage est bien mouillé (et mes pieds avec), une forte impression que les camions autour de Fastoch vont m’écraser.. mais la préparation des sandwichs est faite ! 20h, nous dévorons le repas sur les sièges du bateau, mais je suis un peu brassée !

Du côté des copains, c’est Jimmy qui ne tiendra pas le choc ! La mer aura raison de lui…

21h30, la mer se calme, nous arrivons dans les fiords.. les enfants fatiguent, il fait froid dans le bateau, direction Fastoch pour un petit dodo ! Belle épreuve avec les affaires et les enfants sur le dos mais nous voilà enfin dans notre maison… tout le monde au dodo, malgré le fort bruit du moteur !

19 Novembre

Après une nuit pas très réparatrice, nous débarquons à Puerto Cisnes à 6h du matin. Le déchargement est rapide et nous nous arrêtons non loin du port pour un repos d’environ 2h. Petit déjeuner puis nous regardons tous les 4 un dessin animé dans la capucine avant de reprendre la route vers 10h.

53

Aujourd’hui Gabriel fête ses 8 ans et ses parents lui achètent un gâteau à la Panaderia (boulangerie) de Puerto Cisnes. Pour en repartir nous faisons demi-tour sur la route et nous nous faisons arrêter par un policier au bout de la rue. Il commence à nous prendre de haut en nous demandant d’où nous venons et si  nous connaissons la législation chilienne. Nous faisons mine de parler très mal le castillan (et oui en Amérique du Sud il ne faut pas dire qu’ils parlent l’espagnol !!) mais nous comprenons que nous n’avions pas le droit de faire demi-tour sur la route !! Je crois que le policier est avec son chef et veut faire du zèle !! Mais après quelques échanges il nous laisse continuer.. Ouf !

Nous empruntons ensuite la Carretera Australe, route célèbre et connue car elle n’est pas des plus faciles.

54

En revanche, cette région isolée est l’une des plus belles du Chili et nous nous en rendons vite compte. Le paysage est montagneux, verdoyant et riche et rivières (réputées pour la pêche), cascades, torrents…

Nous décidons de nous arrêter au bout d’une quarantaine de kilomètres au-dessus d’une rivière afin d’y faire le repas de midi que nous finirons par un joli gâteau d’anniversaire et quelques cadeaux.

Les enfants prennent ensuite la direction de la plage et Chloé s’endort après une grosse crise de nerfs. Nous oublions souvent que Chloé n’a que 3 ans et demi et qu’elle a parfois besoin de faire la sieste !

Les papas vont à la sieste et nous ramènent de belles truites que nous mangerons le soir.

Tout le monde au dodo, mais Chloé fait le bazar (merci la sieste !!)

20 novembre

Après une matinée au bord de la rivière, nous partons en début d’après-midi pour la ville de Manihuales où nous achèterons du pain (enfin ici ils appellent cela du pain !!) et nous bivouaquerons au nord de la ville au bord d’une belle rivière avec vue sur la montagne enneigée. Le lieu est plein de charme, nous avons un grand soleil et ce qui est très rare, nous sommes dans l’herbe !

Quelques lessives, un plein d’eau, de la pêche, du vélo pour les enfants… Super bivouac !

Ce soir nous mangeons au chaud dans Fastoch et nous finirons la saison 5 de la série Breaking Bad 🙂

21  novembre

Nous quittons notre beau bivouac vers 11h et prenons la direction de la rivière Aysen où nous trouvons un bivouac pas très chouette. Nous y resterons du coup que pour le repas du midi et repartirons en début d’après-midi, la route est belle !

61

Installation au bord du Rio Simpson. Marc y pêche une truite (on ne l’arrête plus !) et nous partons tous les 8 en promenade le long du Rio. Les enfants s’occuperont, comme à leur habitude, avec des bâtons, des fleurs, des cailloux…

18h, les Globe trotters nous quittent car ils veulent avancer plus vite que nous.

Tom et Chloé s’installent dans Fastoch et jouent à l’intérieur calmement, pendant que je rédigerai un peu le blog. Ca fait aussi du bien de se retrouver tous les 4 !

22 novembre

Nuit calme et réveil tard (9h). Marc se remet à pêcher et attrape une truite en 15 minutes !!

Nous prenons ensuite la direction de Coyhaique, capitale de la région et la seule ville importante sur la Carretera Australe, où nous espérons y trouver du gaz. Mais comme depuis le début que nous sommes au Chili, nous n’avons que des refus… notre bouteille Argentine est vide et la française est à moitié… Nous allons donc devoir nous restreindre en gaz !

Quelques courses de nourriture et dans un magasin de pêche et nous faisons la pause repas sur le parking du supermarché. Nous en profitons pour appeler Papou et Mamou car nous avons une bonne connexion. Nous avons constaté qu’au Chili la couverture est plutôt bonne et les recharges de téléphone ne sont pas chères.

Nous reprenons la route et faisons un message à la famille de voyageurs « Les 749 en vadrouille » que nous avions rencontrée au rassemblement des « Familles autour du monde » avant notre départ, et qui est au sud de nous. RDV donné le lendemain à Villa Cerro Castillo où nous nous installons dans l’après midi.

Nous y trouvons un magnifique bivouac en bord de rivière, entourée de lupins (appelés ici Chocho) et vue sur les montagnes… Nous faisons la rencontre avec Juan, propriétaire de la maison et exploitation agricole de l’autre côté du chemin avec qui nous échangeons.

Marc se met au bricolage : mousse expansive sous Fastoch (pour la poussière) et moi lessives pendant que les enfants jouent au bord de l’eau.

Nous ferons notre repas entièrement au feu de bois : riz et poisson. Lors du coucher, nous constatons qu’il fait jour plus tard dans cette région (et oui nous descendons au sud) et les enfants ont du mal à s’endormir.

23 novembre

Lors de notre réveil à 9h, il fait 10 degrés à l’intérieur ! Un petit coup de chauffage car grand soleil dehors, ça va vite se réchauffer..

La vue est toujours aussi belle !

Quelques dernières lessives, les enfants jouent dans le sable, remplissage d’eau, séance coiffeur pour Marc et nous prenons la direction du village en fin de matinée pour retrouver nos amis.

Midi, nous apercevons Mickael, Corinne, Suzy (10 ans) et Lubin (8 ans).. quel plaisir de se revoir ici ! Nous faisons quelques kilomètres au sud et partons faire le repas de midi… même s’il ne fait pas très chaud, nous sortons tables et chaises afin d’être tous ensemble. Tom et Lubin  s’entendent de suite : ils sortent chacun leurs petites voitures ! Juste après le repas, Chloé demande à rentrer pour faire la sieste.. Nous partirons vers 16h pour rejoindre un site touristique « Los Manos »… il s’agit d’une petite marche finissant par des peintures rupestres avec des traces de mains… nous ne sommes pas très emballés, mais ce n’est pas grave cela nous a fait bouger un peu.

Nous retournons tous ensemble au joli bivouac de la veille, il est 18h, l’heure de partager une bière autour du feu !

Les garçons trouvent de quoi s’occuper en faisant des routes pour les voitures au bord de la rivière et les filles seront dans le camping car des copains à faire de la peinture. C’est cool aussi de grands enfants autonomes !

Le repas se fera à 8 dans Fastoch.. et se terminera par un dessin animé pour les petits et de grandes conversations pour les grands !

23h, il est temps d’aller au dodo ! Oups il fait 17 degrés à l’intérieur !

24 Novembre

Cette nuit Chloé nous a rejoints à 5h du matin, pas facile de se rendormir avec une pépette qui bouge beaucoup dans son sommeil !

Réveil à 9h enchainé par l’école.. mais Chloé fait la tête et ne veut pas faire son coloriage… Heureusement que l’école ce n’est pas tous les jours car ça a tendance à vite monter en tension !!

11h, tout le monde dehors !! Les enfants fabriquent des routes en sable mais Tom ne veut pas salir ses voitures et se dispute avec Lubin… Zzzzeeeennnnn !!

Repas à 8 au soleil, les 749 venant du sud apprécient de pouvoir enfin manger dehors !! C’est marrant car toutes les personnes faisant le circuit dans l’autre sens nous disent la même chose… Bon je crois qu’on sait à quoi s’attendre au moins..

L’après-midi les enfants s’occuperont en se faisant une « maison » sur une ile au bord de l’eau et les parents échangeront des infos concernant les bivouacs à faire, les lieux à visiter, les bons plans etc…

17h, nous quittons le bivouac et nous nous séparons de la famille « 749 en vadrouille »… encore une super rencontre, que nous espérons recroiser au nord d’ici quelques mois.

Direction le sud et à la sortie de la ville le goudron s’arrête pour se transformer en ripio… les amis nous avaient avertis que les premiers kilomètres n’étaient pas agréables, ils ne se sont pas trompés !! La route secoue vraiment et nous ne ferons que 40 km pour finir la journée..

Stop en retrait de la proche, proches d’une rivière. Par souci d’économie de gaz, nous cuisinerons sur le feu et nous finirons la journée à préparer une vidéo car nous sommes très en retard !

25 novembre

Après le réveil, nous faisons le plein d’eau dans la rivière avec le seau et départ à 9h30 pour 50 km de piste. Nous nous arrêtons vers 11h et préparons le repas autour du feu. Petite balade au bord de la rivière et pêche pour Marc.

Goûter au chaud dans Fastoch suivi d’un film tous les 4 pour se réchauffer.

Les enfants feront ensuite leurs 1ers dessins sur le thème de Noel… ils ont déjà hâte que le père noël leur amène les cadeaux ! Nous nous sommes moins pressés car nous ne savons pas encore où nous serons à Noel, serons-nous seuls ? où faire les achats de Noel ?? et bien sûr nous savons que la famille va nous manquer énormément…

Cette ambiance Noel a excité les enfants mais il est trop tard pour sortir : dehors il fait froid avec du vent et à l’intérieur il fait tout juste 19°.

26 Novembre

Durant la nuit nous avons eu quelques averses et le réveil se fait avec 12° dedans ! 15 minutes de chauffage et nous voilà bien réchauffés.

Nous quittons le bivouac vers 9h30 en direction de Puerto Tranquilo. Nous longeons le Lago Général Carrera qui est le 2ème plus grand lac d’Amérique du Sud (après le lac Titicaca) d’une superficie de 97 000 ha. Il est partagé entre le Chili et l’Argentine (où il a pour nom Lago Buenos Aires).

74

Midi, nous voilà à Puerto Tranquillo où nous faisons quelques courses, même si nous ne trouvons pas grand-chose car nous sommes dimanche ! Puis pause repas à un food truck (adresse donnée par les 749) tenu par une française et un chilien. HHuuumm de bons paninis et un super café ! Chouette moment.

75

Ce petit village est connu pour la visite en bateau des Capillas de Marmol (chapelles de marbre). Direction pour une excursion permettant de visiter une formation géologique produite par l’érosion. Un spectacle magnifique ! et les enfants ont également adoré les grosses vagues sur le bateau (nous un peu moins !)

16h, nous quittons ce petit village et nous nous arrêtons après 30 km au bord d’une rivière entourée de lupins. Repas dehors au feu et lavage de notre drap dans la rivière !

27 Novembre

Ce matin nous ne faisons que 6 km pour rejoindre le bivouac suivant que nous avons repéré et qui est réputé pour sa pêche.

Nous nous arrêtons en contrebas d’un pont orange et nous nous retrouvons à côté d’un camion français dont les propriétaires sont Michel et Annick. Michel est garagiste et le dialogue avec Marc est très vite engagé.

Nous partageons le repas de midi ensemble au soleil. L’après-midi je me lancerais dans les lessives et les hommes iront pêcher et moi ! Marc reviendra en fin de journée avec une truite de 47 cm !

Nous ferons le repas du soir tous les 6 dans Fastoch et irons au dodo vers 1h du matin après de longs échanges.

28 Novembre

8h30, réveil au soleil… et petit déjeuner au soleil ! En fin de matinée, Annick et Michel nous quittent (ils vont vers le nord) et nous passons la journée au bord de cette belle rivière.

Marc et Tom feront une promenade en canoë et Marc pêchera encore des truites ! décidemment cette rivière est magique !

Les enfants finiront la journée à faire de la peinture dehors et Marc leur préparera des poissons panés.

29 Novembre

Ce matin nous quittons notre joli bivouac vers 10h et prenons la route qui est toujours en ripio. Nous longeons le lac et le temps est plutôt mitigé entre nuages et soleil. La route n’est pas toujours facile : terre, bosse, cailloux, pentes… mais Fastoch et Marc assurent !

Mais Tom est vite brassé, il est temps de faire la pause repas.. quelle belle vue !

16h, nous voilà à la frontière « Los Antiguos » avec l’Argentine. Le passage de douane se passe bien, petit contrôle à l’intérieur de Fastoch, nous y avons laissé un œuf et une carotte en évidence qui nous seront confisqués. Bien sûr nous avons caché les belles truites !

Au revoir le Chili, nous voilà maintenant dans la ville de Perito Moreno en Argentine….

 

 

 

RÉGION DES LACS ARGENTINS

Lundi 23 octobre 2017

Nous quittons la région de Valdès au bord de l’océan Atlantique et avons 800 km à parcourir afin de rejoindre le côté Ouest de l’Argentine. Nous prenons donc la RN25 à Trelew en direction de Esquel. Cette route est sans grand intérêt avec de grandes lignes et la pampa.

1

Marc conduit toute la journée et nous faisons même des sandwichs le midi en roulant. Chloé s’endort en début d’après-midi et nous nous arrêtons vers 17h pour bivouaquer juste avant Paso de Indios.

Nous faisons un feu afin de faire un barbecue de bonne heure où Marc aperçoit un scorpion !

Le soir, nous regardons un film tous les 4 avec un dodo vers 21h30.

24 Octobre

Nous décampons vers 9h15 et faisons le plein de gazoil (encore et encore !!!). Ce matin c’est école en roulant mais nous empruntons rapidement une piste de 200 km ce qui complique la chose ! Bien évidemment, au passage, nous faisons le plein de poussière (encore et encore !!)

4

Nous arrivons à Esquel vers 14h30 mais nous nous arrêtons seulement pour prendre du gazoil et contacter les Globe-trotters du Douds que nous devons rejoindre. Nous prenons la direction du Parc National de Los Alerces et empruntons une magnifique route de montagne avec la neige sur les sommets.

5

Nous sommes ravis d’être à nouveau un peu en altitude après notre passage sur la côte Atlantique.

Il est temps de retrouver nos amis, que nous avons quittés quelques jours auparavant, au bord du lac à Villa Futalaufquen. Mais contrairement à la vallée, ici le temps est couvert et nous sommes à la limite de la pluie. Nous partons tout de même tous les 8 faire une promenade d’une heure au bord du lac puis nous changeons d’endroit vers 17h afin de nous même à l’abri du vent.

Nous sommes hors saison et l’entrée au parc est gratuite mais nous avons tout de même accès aux terrains de camping libre. Nous nous arrêtons à l’un d’entre eux, à proximité du bord du lac, et préparons le feu pour le barbecue. Il fait encore humide alors nous mangeons chacun dans nos véhicules et une fois les enfants couchés, les adultes ressortent papoter et refaire le monde (notamment sur le sujet « que faire après un tel voyage ??!! ») autour du feu jusqu’à 23h.

 

6

Entre temps un bon coup de ménage car la poussière s’est encore infiltrée : couverts, placards, chaudière, lits etc…

25 Octobre

Après un petit déjeuner pan cakes, Marc s’attaque à la réparation du vélo de Tom qui subit régulièrement à cause des pistes.

Mais nous voyons rapidement débarquer un groupe de travailleurs qui démarrent tronçonneuses et débroussailleuses autour de nous. Après un moment de réflexion, nous remballons et allons chercher un autre lieu.

Nous nous arrêtons à une cascade juste à côté de nous et trouvons un nouveau camping libre quelques kilomètres plus loin. Nous voilà de nouveau au bord du lac et le coin est très sympa.

Les enfants sortent les vélos et partent découvrir le secteur. Céline et moi sortons le linge sale et en avant le lavage. Les papas, quant à eux, s’activent à la recherche de bois pour le feu et pour faire une cabane aux enfants.

Ce midi nous avons décidé de faire une pierrade au feu de bois. Un gros caillou et c’est parti. Alors évidemment nous n’avons pas les sauces ni autant de légumes qu’en France, mais le résultat est plutôt sympa !

Dans l’après-midi, Marc s’occupe de faire une pâte à pain pendant que Jimmy construit un four avec des pierres.

Le soir nous y cuirons nos empanadas faits maison et notre pain. Une vraie réussite !

Les enfants iront au dodo tôt et de notre côté nous nous mettrons sur le montage vidéo.

26 Octobre

Après le moment école les enfants sortent prendre l’air même s’il ne fait pas très chaud.

De mon côté, je profite de l’eau du lac et du soleil pour faire les lessives.

Nous remplissons également nos réservoirs d’eau dès que l’eau est claire. En effet, avec notre filtre Sawyer installé sous le robinet de l’évier, nous pouvons boire l’eau de n’importe où. Elle est ensuite filtrée contre les bactéries et les virus. Depuis 4 mois, nous n’avons pas acheté d’eau et avons l’avantage d’avoir un filtre électrique sans avoir à pomper manuellement.

De son côté, Marc démonte la chaudière car le placard où elle se situe commence à se remplir de poussière !! Cela lui aura pris une bonne partie de l’après-midi, mais il a réussi à la sortir dehors et à tout nettoyer. Il a également pu revisser les vis qui étaient tombées, car avec les pistes tout se desserre et il faut tout contrôler régulièrement !

16

Du côté des enfants, ils s’occupent sur la plage de galets à remplir des « piscines », à escalader les arbres, à faire du vélo… ce sont devenus de vrais aventuriers et à 4 ils sont plutôt bien occupés (même si nous assistons à de nombreuses disputes !)

17

La journée se termine par une activité peinture pour les 4 enfants : peinture sur un caillou et création de masques pour Halloween.

18

La soirée se fera à l’intérieur car nous avons trop froid.

27 Octobre

Aujourd’hui nous levons le camp vers 10h et nous prenons la direction du Nord.

Nous faisons une pause vers 11h30 à la Passerelle à la sortie du lac. Nous mangerons là et ferons une ballade d’une heure en début d’après-midi. Ballade rythmée par les pleurs de Chloé fatiguée.

15h, nous partons à la recherche d’un bivouac en longeant le lac qui est magnifique. Nous nous arrêtons dans un camping libre en bord de rivière. Nous nous réchauffons avec un feu et les enfants font du vélo. La soirée se terminera par un repas autour du feu.

28 Octobre

Après un réveil vers 9h, les enfants sortent prendre l’air et passeront la journée à jouer dehors. De notre côté, nous cuirons un pain au feu de bois.

Dans l’après-midi, nous prenons la direction de la montagne afin de rejoindre une belle cascade. L’accès est indiqué comme fermé, mais pas grave nous avons de bonnes jambes et nous atteindrons l’objectif, malgré quelques obstacles, notamment beaucoup d’arbres sur notre chemin certainement dû à la forte neige de l’hiver.

Au retour au campement, je fais des allers et venus au lac pour puiser l’eau pour les lessives.

Le repas du soir se fera entièrement au feu de bois (économie de gaz oblige !). Les enfants se coucheront tôt pendant que les parents joueront au Rumicub au bord du feu.

Nous nous coucherons vers 23h et constaterons que le chauffage est en sécurité (plus de gaz !!) et qu’il fait 15° à l’intérieur !

29 Octobre  

La nuit sans chauffage n’a pas été très réparatrice : Tom a dormi avec Marc dans notre lit et moi avec Chloé dans son lit ! Nous prenons donc le départ pour El Bolson mais nous sommes dimanche et tout est fermé ! Impossible de trouver une bouteille de gaz…

Côté météo, cela ne s’arrange pas : il pleut et il ne fait pas chaud ! L’ambiance se complique entre nous et la fatigue se fait ressentir..

Nous devrons patienter jusqu’à demain pour recharger… Nous passons la nuit dans le centre-ville de El Bolson (bruyant !) et les Globe trotters prennent la route de leur côté, on se retrouvera plus tard.

30 Octobre

Après une nuit fraîche et un bruit de circulation nous quittons les lieux vers 8h15 alors que les enfants dorment encore.

Nous rejoignons rapidement l’usine de gaz qui nous recharge notre bouteille française et nous change la bouteille Argentine. Nous voilà rempli et le tout pour la modique somme de 355 pesos (moins de 20 € !!)

Nous retrouvons les Globe trotters dans la station de ski Cerro Catedrale. Mais c’est la fin de la saison et tout est presque fermé..

30

Il y a un peu de neige, nous faisons un bref tour de la station et nous nous rendons à Colonia Suiza au bord d’un lac.

Les Globe trotters ayant besoin de gaz, partent de leur côté et nous allons au « camping Ser » repéré sur Ioverlander pour la wifi.

Il pleut toujours mais la gérante est très accueillante. Elle nous explique qu’elle héberge actuellement des groupes scolaires et que par conséquent elle ne nous fera pas payer les nuits car elle a peur que cela soit bruyant… Plus bruyant que nos enfants ??!!! non impossible !

31

Nous nous rendons dans le centre du hameau à pied et découvrons quelques commerces sympas. Les enfants (et parents) auront même le droit à des frites pour le gouter. Original mais ça réchauffe !

Les globe trotters nous contactent et nous informent qu’ils ne nous rejoindront finalement pas, autre programme de prévu. Tom pleure à chaudes larmes, mais ne t’inquiètes pas bonhomme, on les retrouvera certainement plus tard.

31 Octobre

Nous nous réveillons tard après une nuit pluvieuse… et devinez quoi ??!! il pleut encore ce matin !!

Le moral en prend un coup alors ce matin ce sera pan cakes !

La matinée s’enchaine avec l’école : écriture pour Tom avec ses amis les Alphas, dessins etc… mais après quelques heures enfermés, ils ont besoin de se défouler. A l’heure du goûter, kway et nous sortons !

Nous croisons dans le hameau nos « voisins » stationnés aux côtés de Fastoch : une famille belge avec 3 enfants ayant vécu un an en Equateur et sur les routes depuis 4 mois. Nous nous donnons RDV pour le soir dans la salle commune autour de crêpes.

Nous retournons jouer un moment dans Fastoch et nous dégusterons des crêpes avec cette charmante famille dans la salle commune.

1er Novembre

Après un réveil vers 9h, nous nous régalons avec le reste de crêpes et prenons la direction de Bariloche vers 10h.

Après une pause à la ferreteria (magasin de bricolage où tu trouves un peu tout et rien !) et le plein de gazoil, nous ne souhaitons pas laisser Fastoch tout seul : on nous a tellement avertis qu’il y avait des risques de vols, nous continuons notre route sur le circuit Chicco de 60 km réputé pour ses paysages. Nous faisons une pause repas à Llao Llao et continuons le circuit entouré de charmantes vues, de très belles maisons, des eaux claires…. Le coin inspire à la ballade mais il ne fait pas très beau et nous ne voulons pas laisser le véhicule trop visible. Tant pis la promenade se fera avec Fastoch.

 

Nous retournons au camping Ser et Marc se lance dans le démontage de la chaudière afin de boucher tous les trous du placard à la mousse expansive et réduire la poussière.

Nous vidons également la soute et nettoyons pour la énième fois !!! La propriétaire nous prête un aspirateur alors on en profite.

Les enfants pendant ce temps font du vélo dans le parc et jouent avec les chiens.

Nous échangeons également quelques mots avec la propriétaire et nous discutons du fait que le camping est à vendre… Le prix ???? 1 million de dollars US !!!!!!!!!!!!

2 Novembre

Aujourd’hui nous quittons le camping vers 10h et prenons la direction du nord vers la région des 7 lacs. Nous faisons une pause au bord d’un lac et sympathisons avec 3 chiots affamés qui mangent le reste de notre repas. Il y a tellement de chiens ici que nous voudrions tous les prendre !! mais nous résistons car cela est une vraie contrainte dans le voyage…

Pause à Villa Angostura pour quelques courses et nous entrons dans le parc Nuahel Huapi. Nous nous arrêtons à un camping au bord du lac Espejo Chico… l’accès n’est pas facile mais nous découvrons un lieu magique. Etant hors saison, la propriétaire nous informe que l’accès est gratuit et que nous donnons la participation que nous souhaitons.

Nous sommes seuls, au bord de l’eau d’une couleur turquoise et transparente.

L’après-midi se terminera par quelques essais de pêche, des lessives, des routes dans la terre pour les enfants….

03 Novembre

Après une nuit pluvieuse, le réveil se fait avec quelques rayons de soleil. Nous partons donc en ballade dans la forêt et Marc embarque sa canne à pêche sous le bras.

Nous apercevons des truites dans le Rio (= rivière) et Marc « jette un coup de canne »… mais rien ne  sort… il en perd même sa mouche !

Retour au campement et mise en route du barbecue. Nous prendrons le repas dehors (avec blouson), mais cela fait du bien de manger en extérieur !

L’après-midi sera rythmée entre soleil et averses, lessives… Marc s’occupera en construisant une chouette mini cabane en bois à Tom, un arc avec du bambou…. Et pépette fera une sieste de 2h, ce qui devient rare !

Gouter et tout le monde dehors… on profite malgré quelques gouttes de pluie… Nous profitons également de la rivière pour faire le plein d’eau.

Le soir, Tom découvre qu’il a une dent qui bouge… c’est sa 1ère !

Du côté de Chloé, nous « payerons » sa sieste, elle sera très longue à s’endormir !

04 Novembre

Ce matin ce sera pan cakes Huum… Côté météo, le soleil est sorti alors tous dehors. Les enfants jouent à fabriquer des routes, au tir à l’arc, à pêcher avec une canne à pêche en bambou etc.. Ils sont devenus de vraiment aventuriers ! En revanche, ils ne sont pas du tout autonomes et nous sollicitent sans cesse.. Cela met parfois nos nerfs à rude épreuve !

Le repas du midi sera dehors malgré les averses.. Quelques lessives et nous faisons une nouvelle fois le plein d’eau car nous partons demain. Et oui, nous sommes loin d’être en vacances et nous avons un certain nombre de contraintes !! Mais c’est ça aussi le voyage..

Dans l’après-midi nous verrons quelques pêcheurs pêchant à la mouche et prenant de belle prises ! Mais ils relâcheront tout à l’eau car ils nous expliquent que c’est juste pour le plaisir.

Ce soir ce sera soupe afin de se réchauffer !

05 Novembre

Après un réveil à 9h, les enfants font un peu d’école : Tom à l’écriture et Chloé au coloriage. Nous décollons de notre magnifique bivouac vers 10h30, aucun doute il fera partie de nos coups de cœur ! Nous prenons la direction du Nord afin d’être demain à Saint Martin de Los Andes.

Nous faisons un stop au Lago (=lac) Hermoso où nous faisons une promenade après le repas malgré les averses. Pas grave nous équipons les enfants : Kway, bottes, sur pantalons !

Nous partons à 15h car le lieu est trop humide et nous bivouaquerons proche du Lac Meliquina au bord du Rio Arroyo Hermoso. Nous en profitons pour laver Fastoch avec le sceau et l’éponge..

55

Il fait un peu moins humide nous pouvons finir la journée dehors et nous nous mettons au chaud le soir.

06 Novembre

Nous décollons vers 9h et arrivons quelques temps après à Saint Martin de Los Andes. Nous retrouvons la civilisation pour faire des courses et avoir du réseau internet. Nous avons des nouvelles des Globe-trotters du Douds qui viennent d’entrer au Chili.

Après quelques moments de réflexion, nous décidons de les rejoindre et faisons du coup un minimum de courses. Le passage de frontière pour le Chili étant réputé pour être très stricte pour les produits frais !

Nous faisons le plein de gazoil et de gaz à Junin de los Andes (une bouteille de gaz en une semaine !) et la pause repas où nous vidons le réfrigérateur !

15h, nous arrivons à la frontière avec le Chili, à proximité du Volcan Lanin.. Les paysages sont magnifiques.. Fouille du véhicule mais tout est en règle.

Et voilà que nous entrons dans un pays que nous ne connaissons pas encore…

LA PENINSULE DE VALDES ET SES ENVIRONS

Mercredi 11 octobre 2017

Nous sommes arrivés hier soir de nuit à Puerto Madryn sur la plage de El Doradillo – Las Cantaras, accompagnés de la famille Les Globe-trotters du Doubs. Nous sommes également en présence d’une autre famille française que nous avons rencontrée sur notre bivouac : Franck, Violène et leurs 3 filles : Camille, Léa et Manon.

Nous n’avons pas encore vu de baleines mais les avons entendues toute la nuit. Rien que le son était magique mais lorsque nous sommes réveillés nous prenons le petit déjeuner et sortons rapidement afin de pouvoir les observer.

1 el doradillo (2).jpg

Aujourd’hui, pas d’école, pas de corvée… juste profiter de ce moment tant attendu. Nous apercevons les baleines au loin, parfois besoin de jumelles mais wahoo, elles sont là.. Elles nous ont attendus !! Nous avions tellement peur d’arriver tard dans le secteur, même s’il y en a moins que quelques semaines auparavant, elles sont là J

Nous faisons des allers retours sur la plage afin d’essayer de les voir au mieux et nous mangeons le midi les 3 familles ensemble. Un chouette moment de partage. A la fin du repas, les enfants sortis de table jouent près de la plage et nous les entendons hurler « les parents y’a un phoque tout près !!!! » (il fallait ici comprendre baleine !). Nous nous précipitons vers la mer, et en effet nous assistons au spectacle d’une baleine juste à quelques mètres de nous… Et comme Marc l’avait promis, il enlève ses vêtements et se jette dans l’eau (froide !!).. mais bon elle est quand même grosse et il ressort quelques instants après !

 

Nous passons notre après-midi à faire des «wahoo » et à courir à droite et à gauche pour être au plus  près et profiter de chaque instant. Cette sensation est difficilement explicable, mais on se sent petits, privilégiés, heureux…

Valdès fait partie des sites tant attendus et nous sommes loin d’être déçus… nous avons un peu couru pour y arriver, mais aucun regret !

En fin d’après-midi, Franck, Violène et leurs filles nous quittent et nous finissons la journée dans nos véhicules respectifs car il ne fait pas très chaud et nous sommes fatigués.

Notre repas du soir se fera derrière notre vitre à admirer les baleines et leurs baleineaux.

12 Octobre

Après une nouvelle nuit bercée par le chant des baleines, ce matin nous faisons un peu d’école parsemée de pauses en regardant les baleines. Difficile pour Tom de se concentrer à l’écriture ce qui entraine parfois quelques frictions.

8 el doradillo

Du côté de Céline cela n’a pas l’air facile non plus avec Gabriel (8 ans). Le ton monte et à midi ils plient bagage après plusieurs « si tu ne fais pas d’effort on quitte les copains »… Maintenant faut aller au bout de ce qui a été dit. On se dit au revoir, les enfants râlent, mais nous savons qu’on se retrouve d’ici maxi 24h afin que les enfants comprennent que nous ne sommes pas en vacances et qu’il y a des règles.

Nous passons notre après-midi à jouer sur la plage, à ramasser des coquillages et à admirer les baleines.

 

En fin de journée, nous voyons un 4×4 avec une tente de toit arriver et la plaque semble française. En effet, nous faisons la rencontre de Clément, Jill et leurs enfants Martin (5 ans) et Rose (3 ans). Ils sont accompagnés de 2 chiens Golden, un couple, Iris et Yago. Leur nom de voyageur est « Raised on the Road », leur voyage a débuté quelques semaines auparavant à Buenos Aires et ils ont un projet sur 2 ans avec l’Amérique du Sud et du Nord.

Tom et Chloé sont ravis de rencontrer des enfants avec le même âge qu’eux et enfin une petite fille pour Chloé. Les parents passent à l’apéro pendant que les enfants font des tours de vélo.

12 el doradillo

Ce soir le vent se calme mais nous mangeons chacun dans nos véhicules.

13 octobre

Après une matinée école, nous vivons au rythme des baleines et voyons les Globe-trotters arriver vers midi. Nous prenons le repas de midi tous ensemble dehors et profitons du soleil tout l’après-midi.

13 el doradillo

En fin de journée, nous avons la visite d’une gardienne du site qui nous informe que Clément et Gill ne peuvent rester ici à cause de leurs chiens, même attachés elle ne veut pas !

Vers 18h, nous quittons le camp avec eux afin d’aller un peu plus au sud. Les globe-trotters venant de revenir décident de rester et de nous retrouver plus tard.

Nous passons faire le plein d’eau, de pain et de bricolage dans la ville de Puerto Madryn et nous nous arrêtons à Punta Loma sur une plage pour la nuit.

Nous mangerons tous ensemble au chaud dans Fastoch.

14 octobre

Nous nous réveillons vers 8h après une nuit agitée à cause du vent. Nos voisins ont même dû se déplacer dans la nuit afin de se mettre à l’abri de Fastoch, car dans leur tente, ça bouge ! Et la journée commence par la découverte  que la vitre avant passager de leur 4×4 est cassée !! Nous n’arrivons pas à comprendre ce qu’il s’est passé, mais ils doivent trouver une solution rapidement. Pendant que nous prenons Rose et Martin avec nous pour le petit déjeuner, Clément et Gill remballent leurs affaires.

9h, nous prenons la direction de Puerto Madryn où ils ont repéré un spécialiste Land qui pourra peut-être les dépanner. Après quelques minutes d’attente devant le garage visiblement fermé (samedi !), nous rencontrons le propriétaire qui leur propose de démonter une vitre sur le 4×4 de son père décédé afin de la donner à Clément et Gill. Il n’a pas le temps de la monter et leur offre la vitre ! Quelle surprise…

2h plus tard, les garçons ont réussi à la poser et les Globe-trotters nous ont rejoints. Ils nous expliquent qu’ils souhaitent se rendre sur la Péninsule de Valdès où nous ne souhaitons pas aller car l’entrée est payante (415 ps / personne soit environ 20 €). De leur côté, Clément et Gill ne pouvant pas s’y rendre avec leurs chiens, nous continuons la route avec eux et retrouverons les copains plus tard.

Midi, petite pause sandwich au bord de la plage et nous reprenons la direction du Sud où nous nous arrêtons au mirador de Punta Loma afin d’observer les lions de mer. Nous les voyons dans leur environnement naturel et ils sont impressionnants, surtout leur cri. Visite appréciée par les enfants et par les parents.

Nous bivouaquerons quelques centaines de mètres plus loin sur une plage, seuls au monde et à l’abri du vent.

Pendant que certains font la pâte à crêpes, les autres sont partis à la pêche aux moules à marée basse.

Après un apéro avec les moules fraîches, nous dévorerons les crêpes dans Fastoch tous les 8.

15 Octobre

Après un réveil tardif (9h), nous prenons le petit déjeuner au soleil. La marée est basse alors nous enfilons les bottes et allons à la recherche de moules. Les enfants (et les chiens !) sont ravis de cette activité et nous trouverons de grosses moules pour l’apéro du midi.

Après un repas au soleil, nous gonflons les canoës. Et oui, les 2 familles ont les mêmes canoës, alors profitons-en ! Nous prenons ainsi la direction de la plage aux lions de mer vue la veille et avons le plaisir de rapidement les apercevoir en pleine mer. Ils nous tournent autour, jouent vers nous… Un spectacle exceptionnel !!! Les enfants sont surexcités et les grands aussi !

Retour au bivouac pour un gouter bien mérité et les enfants passeront le restant de l’après-midi à l’extérieur à jouer aux aventuriers.

Nous profiterons d’un apéro de bonne heure dehors et d’un repas aux derniers rayons du soleil.

La journée se termine autour d’un feu avec les enfants qui adorent ça.

16 octobre

Ce matin nous décidons de faire l’école avec la méthode des Alphas (méthode d’apprentissage pour la lecture / écriture par le biais de petits personnages représentant les lettres de l’alphabet). Ce coffret nous a été offert par Papi et Mamie avec de partir et nous ne l’avons pas encore ouvert. Mais Martin et Rose adorent les alphas alors ils expliquent à Tom et Chloé le principe. Une vraie réussite, ils adhèrent totalement.

En fin de matinée, nous faisons une petite sortie canoé mais cette fois-ci nous avons du vent et devons vite revenir car il est difficile de pagayer.

Aujourd’hui nous sommes lundi et sommes surpris par le nombre d’argentins présents sur la plage. L’un d’eux nous expliquera plus tard que c’est un jour férié.

Nous passons donc l’après-midi dehors et les enfants jouent comme à leur habitude à faire de l’escalade et à courir dans tous les sens.

DCIM100MEDIADJI_0013.JPG

Comme la veille, le repas se fera dehors de bonne heure au soleil et la soirée se terminera à minuit autour du feu avec un son ressemblant à celui des baleines (sont-elles aussi ici ???!!!)

17 octobre

Après un petit déjeuner dehors, à 10 h nous quittons le bivouac car nous sommes en réserve au niveau de l’eau. Nous retournons une nouvelle fois à Puerto Madryn afin de faire le plein d’eau, de gazoil et de courses.

Petit pic nic à midi et pause dans un café afin d’avoir la wifi et à 15h nous prenons la route du Sud et bivouaquons à la Pointe de Punta Loma, un endroit très sympa à l’abri du vent.

Quelques lessives plus tard, les enfants se remettent un peu aux Alphas et Martin et Rose sont ravis de partager avec Tom et Chloé.

Nous passerons la soirée dehors en apercevant quelques lions de mer proche de nous et finirons par un feu avec des Marshmallows !