Bolivie : De Oruro à La Paz

Article précédent : De Uyuni à Oruro

Lundi 12 Février 2018

Nous venons de passer plusieurs jours magnifiques au Carnaval d’Oruro en compagnie de la famille, les 749 en Vadrouille.

Aujourd’hui nous quittons Oruro en direction du Nord. Nous avons pour but de rejoindre la Paz avant le passage au Pérou.

Mais à la sortie de la ville, la route est fermée à cause d’une manifestation. Nous comprenons rapidement que les manifestants se révoltent contre le gouvernement à cause du traitement des eaux de pluie qui envahissent les rues, déversant de la boue de partout. Il est vrai que cela est choquant en comparaison avec tous les moyens mis dans le carnaval !

 

On nous annonce un blocage pour la journée alors nous achetons des empanadas à un marchand ambulant débarquant de nulle part ! Et oui, un bouchon de véhicules et les affaires reprennent !

Mais à 14h la situation se débloque et nous en profitons pour vite nous échapper de la ville afin de faire une nuit au calme ! Nous nous arrêtons dans village de Konani situé à 80 km au nord de Oruro. Nous trouvons un bivouac au bord d’une rivière, dans un petit hameau où le temps à l’air de s’être arrêté ! Nous sommes à côté d’un pont qui est à moitié écroulé à cause de la forte pluie de la veille.

Les enfants sortent les bottes et vont jouer au bord de l’eau et les papas nettoient les campings car qui dégagent de fortes odeurs d’urine !

 

Nous prendrons un repas tous les 8 dans Fastoch et irons au dodo de bonne heure car toute l’équipe est fatiguée.

13 février

Enfin une nuit au calme et réveil à 8h30 (et même 10h pour Chloé !). Les enfants reprennent leurs activités au bord de la rivière et nous un peu de rangement / ménage.

DCIM100MEDIADJI_0046.JPG

Nous avons la visite d’un papi de 82 ans qui nous explique qu’ici la vie est difficile, que le gouvernement ne s’occupe pas d’eux. Et que le pont ne sera pas réparé avant des semaines ou des mois, seul accès pour aller chez lui ! Heureusement il existe l’entraide entre les communautés, mais il n’y a qu’un seul tracteur pour plusieurs villages… Il nous explique aussi que sa femme est malade et alitée depuis 7 ans ! Avec Corinne, Mickael et Marc, nos regards se croisent et nos cœurs se serrent ! Nous n’avons pas de solution pour ce brave homme mais nous échangeons avec lui un moment et nous voyons de la joie dans ses yeux… Après son départ, nous sommes bouleversés… comment peut-on laisser cet homme dans cette détresse ??? Ce pays, le plus pauvre d’Amérique Latine, est très déroutant !

Nous quittons notre bivouac vers 11h et faisons une pause repas dans le village de Tolar. Aujourd’hui est un jour férié car c’est mardi gras. Toutes les voitures et les maisons sont décorées, les gens dansent dans les rues.. Nous allons d’ailleurs voir une famille qui est devant sa maison, sur le bord de la route, musique à fond, en train de danser ! Nous sommes invités à danser avec eux et à partager leurs bières ! Ils sont très festifs, nous prennent en photo et surtout nous remercient de visiter la Bolivie.

 

Nous mangeons dans un hôtel/restaurant plutôt sympa avant de reprendre la route tous ensemble.

Nous nous arrêtons dans un village à côté de la Laguna Pacajes, où nous découvrons qu’aujourd’hui c’est la fête du lac ! Nous traversons le village et sommes aspergés par des bombes à eau et par de l’espuma (mousse).

 

Nous avons repéré un bivouac sur un terrain de loisirs payant et le propriétaire nous installe sur le stade de foot. Quel plaisir de bivouaquer sur du gazon !! Les enfants prennent rapidement possession des lieux et s’amusent dans le grand toboggan. Nous enchaînons ensuite par une partie de foot tous ensemble mais nous sommes rapidement rappelés à l’ordre par l’altitude !

Nous partons donc en promenade au bord du lac et embarquons sur les pédalos de fortune.

 

Mais la nuit tombe vite de nous nous retrouvons dans le noir, de l’autre côté du lac aux abords inondés… Après une petite heure à chercher notre chemin, nous retrouvons enfin nos véhicules, nous voilà rassurés !

Chaque famille mange chez soi et tout le monde au lit !

14 février

Cette nuit Tom a été malade : fièvre et vomissements… il a donc dormi avec nous et nous sommes tous fatigués au réveil, surtout qu’il a plu toute la nuit !

Nous prenons donc la décision de quitter les lieux, mais nous attendons le début d’après-midi afin d’être sûrs que Tom aille mieux. Les 749 partent dans la matinée en direction de la Paz qui est à quelques dizaines de kilomètres de là.

Nous avions repéré sur Ioverlander un stationnement payant (30 bolivianos/jour) et sécurisé à l’aéroport de La Paz, situé sur les hauteurs de ville – le plus haut aéroport international du monde, à El Alto (4000 m d’altitude !). Nous y retrouvons le camping-car des 749, qui sont partis en visite dans la ville.

Nous mangeons et Tom a l’air en meilleure forme et souhaite visiter la ville. Nous prenons donc un taxi afin de nous rendre dans le centre.

La Paz est la capitale administrative de la Bolivie (Sucre est la capitale constitutionnelle) et est la 3ème  ville la plus peuplée du pays (derrière Santa Cruz de la Sierra et El Alto). Cette ville perchée à 3 650 m d’altitude est entourée des hautes montagnes de l’altiplano.

Nous nous rendons à l’alliance française afin que les enfants puissent bouquiner des livres en français et nous y retrouvons les 749. Nous partons ensuite tous les 4 nous balader dans la ville, à la recherche d’une Géocache dans un parc. Nous prendrons des forces sur la route en savourant de bons petits pains au chocolat français, hhuuummm un bon goût de France !

La marche à cette altitude nous fatigue vite tous et nous prenons le chemin du retour à la recherche d’un collectivo (mini bus collectif) afin de nous remonter à El Alto. Mais il y a beaucoup de personnes devant nous qui attendent et une dame nous propose de partager son taxi car elle se rend à l’aéroport. Nous arpentons les rues avec une pente impressionnante ! Le taxi peine parfois et nous avons une magnifique vue sur la ville illuminée.

 

Nous retrouvons nos amis sur le parking et nous partageons avec eux des crêpes dans Fastoch.

15 février

Ce matin vers 10h, nous partons tous ensemble en taxi jusqu’au téléphérique pour visiter la ville. Mais nous sommes 8 alors les enfants iront dans le coffre du taxi… Original !!

Le réseau de téléphérique ici a été mis en place en 2014 afin de relier El Alto à La Paz. Aujourd’hui, le réseau compte bientôt 8 lignes et est devenu le plus long réseau de téléphérique urbain et surtout le plus élevé du monde. Le tarif est de 3 bolivianos par trajet et le rend accessible au plus grand public.

 

La vue sur la ville y est vraiment incroyable, mais Corinne ayant le vertige, n’en profitera guère. Nous partons flâner dans le marché et la rue piétonne touristique. L’ambiance est sereine, ce qui est surprenant pour l’ampleur de la ville. Nous croisons à nouveau Michel et Valentine (rencontrés à Oruro) avec qui nous échangerons et repartons à la visite des boutiques. Je craque sur l’achat d’un tissu afin de porter Chloé dans le dos, comme les locales, la vendeuse m’explique le pliage.

Le midi nous mangeons dans un restaurant original par sa déco style brocante où nous avons l’impression d’être retournés en Europe.  L’après-midi nous déambulerons dans les rues pendant que Chloé fera la sieste dans mon dos. Nous passerons devant le parlement sur lequel l’horloge a les chiffres inversés et tourne au sens inverse des aiguilles d’une montre!

Nous dégusterons aussi des glaces pour le goûter, mais en fin de journée nous rentrons en taxi car la fatigue commence à atteindre les troupes.

 

Ce soir nous mangeons tous les 4 dans Fastoch pendant que Lubin et Suzie préparent à manger à leurs parents au lendemain de la Saint Valentin.

16 février

Aujourd’hui nous avons prévu d’aller visiter la Vallée de la Luna à quelques kilomètres de là, mais ce matin une mauvaise nouvelle financière remet en cause la fin de notre voyage… Le cœur lourd nous contactons nos familles en France afin d’être conseillés. Tout s’écroule sous nos jambes…

Nos amis à nos côtés nous soutiennent, heureusement que nous ne sommes pas seuls !! Nous profitons alors des derniers instants et nous rendons à la Vallée de la Luna. La traversée de la Paz est un enfer, tout est bouché !!! et avec notre humeur, le stress monte vite ! Après plus d’une heure de bouchons, nous sortons enfin de La Paz et trouvons un supermarché qui nous permet de faire enfin de « vraies » courses !!

Nous déposons notre linge à une Lavanderia et nous partons visiter La Vallee de la Luna. Le site est très sympa, mais nous avons du mal à apprécier, notre esprit étant ailleurs, et en plus la pluie arrive !

 

Nous reprenons nos véhicules et partons stationner dans un parc avec les 749. Les enfants sortent les bottes et les K-Way et jouent dehors.

Ce soir les 749 nous préparent une super tartiflette que nous dégustons dans Fastoch. Merci les amis pour votre soutien qui nous a fait chaud au cœur !

53

17 février

La nuit a été très difficile et la décision est prise : nous sommes au bord du Lac Titicaca mais nous décidons de faire demi-tour et de renter via Montevideo afin de ramener Fastoch. Nous avions prévu de le vendre cet été en Colombie mais rien n’est validé et nous devons rentrer sous un mois maximum… Tout se bouscule dans nos têtes, nous faisons des choix, pas forcément les meilleurs sur le coup, mais voilà nous devons rentrer !!

Nous envoyons des e mails afin de faire des devis pour le shipping et nous profitons de nos derniers instants avec Les 749 en vadrouille. Les enfants passeront la matinée à jouer dehors et nous mangerons même tous ensemble sous le soleil.

L’heure de la séparation approche, les enfants ont du mal à comprendre… Nous sommes tellement tristes !

Nous prenons ainsi la direction de Cochabamba, au sud, et nous nous arrêtons vers 19h un peu après le village de Caracollo.

54

Article suivant : Entre La Paz et le Brésil